Pour éviter de tomber dans ces fatigantes hallucinations. Je garde mes paupières ouvertes. Tenant avec des cure-dents. Debout le long du mur. Observant les vagues jaunes et bleues émanant de  [+]

Des lèvres buccales maintiennent une tige de fumée cancéreuse tandis que la main abimée verse le liquide de feu dans l'orifice mort des boites de voyage. Les toux mécaniques et les crachotements motorisés se mélangent aux négociations commerciales et aux chuchotements marocains. Le souffle des moteurs fatigués a déposé une couverture noire et sale sur les hauteurs inoccupées. Le drap sombre pénètre parfois le sommet réflexif et déclenche de brèves apesanteurs toxiques. Le poids des particules de combustion affaisse à chaque explosion d'essence l'épiderme mural du vieux bâtiment industriel. La peau de peinture s'effrite, pelage sans vie des brûlures vaporeuses.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !