Abîmes

il y a
2 min
24
lectures
1
Il faufila son regard par le trou de la serrure, comme une première intrusion. Il ne vit rien d'autre que des ombres et les rayons de la lune s'écoulant par la fenêtre ouverte. Il n'entendait rien d'autre que le silence. Et sa propre respiration. Et les battements de son coeur. Il se sentait malade. Fiévreux. Fou. Il avait fallu toutes ces années pour connaître une telle chose. Une chose. Oui. C'était tellement fort qu'il était bien incapable de mettre un nom sur cette sensation. Ce sentiment. Cette émotion. Ce qu'il ressentait dans son corps n'avait pas de sens. À son âge, alors qu'il pensait avoir déjà tout vécu, tout ressenti, une douleur extraordinaire s'imposait à lui. Il avait d'abord voulu la rejeter, l'ignorer. Mais à chaque fois qu'il croisait Son regard, Son odeur, Sa voix, Elle lui portait un nouveau coup. Plus douloureux encore. Fatal. Et quand il avait voulu combattre, armé de sa raison, le fiasco ne se fit pas attendre. Il avait accepté les symptômes. Respiration haletante. Mains moites. Coeur au bord des lèvres. Diamant dans la gorge. Frissons. Et, le plus difficile à dissimuler, sexe aux abois. Une seule pensait suffisait à faire naître l'émoi. Un seul regard faisait de lui un esclave. Une seule parole et vivait à nouveau en lui le petit garçon qu'il fût. Il était sans cesse dérouté par Elle. Par le fait qu'Elle puisse tout à la fois faire naître dans ses entrailles un réaction primaire, dans son coeur un sentiment d'absolu et dans son cerveau une toile d'incertitude.
Derrière cette porte, il le savait, l'attendaient la folie, la démesure. Dans la nuit calme et silencieuse, son instinct l'avait fait quitter son lit. Son sang bouillonnait déjà, à la simple pensée de La savoir étendue là, juste de l'autre côté du mur. Il n'était rien d'autre qu'un torrent sauvage et avide. Incontrôlable. Il posa ses doigts sur la poignée, tourna. La porte s'ouvrit avec un petit bruit métallique. Il se déversa dans la chambre, dangereux et silencieux. Elle était là. Sa Sirène. Sans voix et pourtant envoûtante. Elle baignait dans la lumière surnaturelle. Sa peau, des cheveux, blanchis par les rayons de la lune, la rendaient encore plus redoutable. Alanguie sur les draps, Elle flottait nue dans la chaleur moite de l'été. Il s'abreuvait des traits de Son visage, des courbes de Son corps. Trop parfaite pour être humaine. Le charme agissait déjà, portant sa main sur l'épaule de la Créature. Il laissa ses doigts ruisseler le long du bras, de la fesse, de la jambe et jusqu'au pied. Elle frémit, gémit dans son sommeil. Il s'assit au bord du lit et plongea son visage dans le flot de mèches blondes. Il pressa un peu plus sa main au creux de la hanche. Petit gémissement ensommeillé. Exquis. Il n'était rien d'autre qu'un flot de désir infini, de baisers glissant sur le visage, sur le corps de sa Tentatrice. Elle s'éveilla, ouvrant des yeux un peu perdus. Elle abîma bientôt son regard océan dans ses yeux sombres. Il s'immobila.
- Tu peux me guérir avec un baiser, chuchota-t-il.
Déjà la Créature lui retirait ses vêtements et parcourait son corps de caresses brûlantes, du bout des doigts, du bout des lèvres. Depuis le cou. Vers l'Équateur où Elle jetta l'ancre. Sous les merveilleuses ondulations de la langue, il perdait pied. Encore un peu plus. Le nord. Le sud. Il s'enfonça encore un peu plus dans la folie lorsque, si proche du paroxysme, Sa Sirène s'allongea à ses côtés. Accueillante. Frémissante de désir. Il s'abîma en Elle. Leurs deux corps. Le ressac. Ils sont là. Là où le fleuve prend fin, là où commence la mer. Noyé dans une sensualité sans fond, il sait qu'il ne guérira jamais. Car Elle ne voudra jamais trouver le chemin de ses lèvres, goûter son haleine. Oh sorcière de rêve ! Je me laisse emporter avec délices vers tes abîmes.

1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Brûler

Mikaël Lumière

Un fauteuil club au côté du lit. Légèrement enfoncé, une jambe par-dessus l’accoudoir, la chemise déboutonnée aux manches relevées ; au poignet, l’heure qui n’a plus d’intérêt, et... [+]