A vos marques...

il y a
3 min
25
lectures
19
Qualifié

La parole éblouit et trompe, parce qu'elle est mimée par le visage (...) et que les lèvres plaisent et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c'est l'âme toute nue  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
Mes yeux s'ouvrent sur un nouveau jour. Il aurait pu être un jour comme un autre mais quelque chose a changé.
C'était hier, mais la voix du medecin résonne encore dans mon esprit. Dire qu'une phrase, quelques mots, quelques secondes suffisent pour bouleverser toute une vie... Je me souviens être rentrée à la maison dans un état second. Je ne sais pas par quel miracle je ne me suis pas trompée de bus ni se faire renversée par une voiture.

Peut être que ce n'était qu'un cauchemar. C'est sûrement cela. Je palpe mon sein gauche: la boule est bien présente pour prouver le contraire.

38 ans et un cancer de stadeIII-A , grade II. Il a essayé de m'expliquer ce qui se passait mais je l'écoutais à peine. Je n'étais pas là. J'etais encore choquée. Je croyais que ces trucs-là n'arrivaient qu'aux autres... Je croyais que... je ne sais pas moi, qu'il y eut une erreur. Hélas...

Aïe, ma tête me fait mal.
Logique car une fois rentrée chez nous j'ai pleuré tout les larmes de mon corps. Ensuite je me suis jetée sur mon portable pour faire des recherches. J'ai visité tout les sites, j'ai copié tout les coordonnés des spécialistes suggérés, j'ai recherché les associations concernées qui pourraient m'orienter...
Je regarde mon portable qui est posé sur la table de veille: il est six heures et quart. Combien de six heures et quart verrai- je jusqu'au moment fatidique ? Combien de matins seraient témoins de mes réveils? Combien de temps me donnait- on pour encore exister?
Un taux de survie relative à 5ans_ dix ans selon un autre site_ dans 72% des cas. Oui mais avec un récepteur hormonal positif ce site disait que c'est un bon pronostic. D'accord mais ce qui est moins favorable c'est que ma maladie est diagnostiquée à un stade avancé.. je ne sais plus quoi penser. Avec ma poisse qu'est ce qui me garantit que je survivrai? Et mon fils dans tout cela? Fano n'a que douze ans. Mon Dieu!
Merde! Lanja, pourquoi toi? Tu aurais peut être pu faire quelque chose pour éviter cela? Allaiter plus longtemps ? Faire du sport ? Faire des dépistages? Qu'est ce que tu aurais dû éviter comme nourritures? Je soupire: il est trop tard...

L'autre côté du lit bouge: Rajo se retourne en remontant la couverture sur lui.
Comment va-t-il réagir quand il l'apprendra? Triste sûrement. Parce que je ne lui ai encore rien dit. Ni à lui ni à personne. Je vais le lui dire à lui, bien sûr, mais à qui d'autres ? Allons-nous tenir cela en secret ou allons-nous nous l'annoncer à tout le monde?? Je ne sais pas encore ce que je voudrais. Et Rajo dans tout cela? Sera-t- il à mes côté jusqu'à la fin? Il a promis devant nos familles, devant Dieu qu'il m'aimera jusqu'à ce que la mort nous sépare... Peut être allons nous profiter de mes derniers jours pour vivre à fond et faire ces trucs qu'on s'est promis de faire un jour. Mais alors il va être témoin de ma... déchéance. J'ai lu les dégâts que le traitement du cancer pouvait causer. C'est vrai qu'ils dépendent des patients, de la durée du traitement ainsi que du type de traitement lui- même mais... Si les effets secondaires ne vont pas m'épargner, mon mari va me voir perdre tout mes atouts : mes beaux cheveux, ma corpulence, mon dynamisme... Ceux pour quoi il m'a aimée. Ne serais- je pas égoïste de lui faire endurer tout cela? De le garder
pour moi alors que je vais partir? Rajo pourrait déjà commencer à penser un peu à lui, à son futur... Peut être que je devrais le libérer de ses promesses pour qu'il puisse préparer cet avenir sans moi. C'est moi qui est condamnée, non? Je n'ai pas le droit de l'emprisonner... Cela le fond le cœur de devoir peut être les laisser, mon fils et lui. Mon fils... Mon Dieu! Aurais-je assez de temps pour lui inculper les valeurs et les principes qu'il aura besoin? Ce destin est tellement cruel!
Je regarde le sac à main que j'ai porté hier, dedans se trouvent les résultats de mes analyses. Sur ces papiers, sur quelques lignes sont tracés les mots qui ont fait de tels ravages sur nos vies. Comment vais-je les montrer à Rajo ?
Car ce qui m'attend n'est pas facile. Plusieurs moyens seront utilisés médicaux et chirurgicaux... Cela va durer des années et je ne sais pas encore à combien s'élèveront ces traitements ? Je vais devoir réorganiser mon emploi du temps, mon quotidien en fonction de mes visites chez le médecin qui va me suivre, je vais devoir arrêter certaines activités, faire des exercices physiques, faire attention à mon alimentation... Et cela pourrait marcher ou non. On ne le saurait pas encore. Sans parler des risques de récidive... Moi qui, avant, vivais au jour le jour, insouciante, inconsciente de la chance que j'avais de vivre...

Rajo se retourne et m'enlace dans ses bras. Ensemble , voilà comment on doit affronter ce problème.
Mon futur est incertain mais ce qui est sûr c'est que je ne partirai pas sans me battre. Si cette maladie croie vraiment que je vais la laisser gagner aussi facilement, elle se met le doigt dans l'œil. Prépare-toi, foutu cancer de sein. Oui, toi qui es venu sans prévenir , chamboulant ma vie. Je n'ai pas dit mon dernier mot. Je te livrerai un combat sans merci.
Je suis prête...
Partez!
19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,