1
min
Image de Philbast

Philbast

49 lectures

8

J'habitai alors dans le 13 ème arrondissement de Paris, rue LeBrun au 5 ème étage d'un immeuble modeste. Celui-ci était situé en face d'un dépôt de bus, ce qui donnait un certain charme aux étages élevés dont la vue était ainsi bien dégagée sur les toits de Paris.
Cette année là, j'avais commencé une formation professionnelle qui me faisait rentrer plus tôt, vers 17 heures en général, à mon domicile.
En arrivant au dernier étage qui était le mien, il m' est arrivé à plusieurs reprises d'être accueilli par les cris d'une femme faisant l'amour.
Ces cris s'échappaient d'un petit appartement situé à deux portes du mien qui était occupé par un étudiant que je ne voyais jamais.
Cet étudiant était le fils d'une écrivaine célèbre que je croisai chaque année aux réunions des copropriétaires.

Ces cris me faisaient sourire et j'ouvrai ma porte en pensant à la jeunesse qui avait bien le droit de profiter de la vie.

Quelques années plus tard, l'ecrivaine célèbre l'est devenue encore plus après la publication d'un court livre où elle racontait la passion physique intense qu'elle avait éprouvée pour un homme marié plus jeune qu'elle.

J'ai alors réalisé pourquoi je ne voyais jamais mon voisin étudiant, en me rappelant que sa mère avait toujours gardé un jeu de clés.
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de PBI
PBI · il y a
J'ai relu cet "Instant de vie", de ta vie, que je n'avais pas encore commenté.
Anecdote drôle à propos d'une écrivaine maligne, coquine et peu discrète, dans sa "garçonnière".

·
Image de JPM
JPM · il y a
Et oui, c'est ainsi parfois ...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Lorsque je suis entré dans la chambre de l'hôpital, j'ai d'abord cru que je m'étais trompé de porte. Je ne la voyais pas. Je ne l'ai pas vue. Pas tout de suite. Pendant quelques interminables ...

Du même thème