2016...

il y a
4 min
57
lectures
5
2016...
Il se peut que rien ne bouge, en attendant la pluie, des caresses à foison, la force des rêves, une main qui se lève, le souffle du vent dans les cheveux des enfants, vivre de rien ne veut pas dire vivre sans rien, vivre dignement, avoir le nécessaire pour être bien avec soi et avec les autres. Des promesses, des promesses et la peau du corps qui se déforme et encaisse le passage du temps, un trait, une ride pour chaque jours. Tchak, tchak, taille, taille la route. Creuse, creuse le fossé entre hier et demain. Une niche pour les chiens, un terrier pour les lapins, un avenir pour les humains, un nid pour les oiseaux, de l’herbe pour les taureaux et la danse du ventre et les danses, denses des ventres affamés et repus. Des ventres ronds comme des globes terrestres. La terre en gestation. La rondeur, la ronde, la danse encore. Pas après pas cadencés, hop, hop, hop, des petits sauts, la poussière que ça soulève des petits pas sur le sol. Faire l’effort. Faire l’effort de vivre, de sourire, de respirer, de souffler, de penser, de dire, de marcher, de s’accroupir, de regarder, de s’émerveiller, de rêver, d’être soi, d’être soi dans le regard de l’autre, de s’allonger, d’ouvrir les yeux, de les fermer, de prendre des mains dans les siennes, de cajoler, de chérir, de consoler, d’accueillir. Atténuer les forces contradictoires qui vivent en nous. Le bien et le mal deviennent, unis, le BAL, la danse encore. La joie et la colère accouplées deviennent la JOLERE, une force puissante qui ravage toutes les peurs, tous les doutes, toutes les frustrations dans un tourbillon de gestes fous, tendres, sûrs et démonstratifs. Les mains dans la boue, à genoux dans la terre. Sentie l’humus. Croquer les odeurs. Sourire. Entendre les bruits de la forêt. La fumée qui sort de ma bouche n’a rien à voir avec le feu. Le froid est partout, dans l’air, dans l’eau, dans mes veines. Le réchauffement climatique n’a pas atteint mon cœur. Un bloc de béton dans ma cage qui pulse, ça vibre tout autour, ça fissure l’air, les vitres, la glace, les visages. La rupture est proche, l’élasticité des matériaux dépend de la grosseur du grain de sable. Les architectes du néant ont tout prévu pour éviter la catastrophe, pour prévenir des attaques extérieures, ils l’ont armé ! Du cube gris surgissent des fusils qui mitraillent l’air alentour. Tombent les mouches, les oiseaux, les acrobates, les feuilles, les masques, les chemises, les soldats, les hommes et les femmes de bonne foi, de bonne volonté, la neige et ses dérivés. Je m’attarde à des détails. Je penche la tête sur le côté pour changer de point de vue. Je regarde toutes les choses, les objets intensément pour tenter de voir au travers, un verre, un tableau, une bague, une chaussure, ma main, vos yeux, un clou, un savon, une bouteille de parfum. L’animal bouge en moi, il gratte, il saute, il hurle, il miaule, il piaille, il souffle, il grogne, il mord, il dort, il grimpe, il saille, il croque, il lape, il siffle, il renifle, il urine, il s’ébroue, il guette, il se sauve, il se terre, il lèche, il court, il meurt, il s’accouple, il revit. Passe le pont, foule l’asphalte, regarde autour de toi et découvre l’infinitésimal changement du monde. Il est là, dans la position d’un caillou posé sur le chemin. Hier, lors de ton passage, il n’était pas à la même place. Il reposait sur le bord, dans l’herbe. Quelle force a pu le déplacer ? Tu ne connaitras jamais toutes les histoires intimes des éléments qui composent le monde mais l’important à cet instant, est de voir le changement, d’y être attentif car la transformation est la vie. Alors, ouvre les yeux, ouvre les yeux ! Rien n’est acquis, tout est à prendre, à apprendre, à surprendre, à suspendre, à rendre. A vomir, vole la ferraille dans l’air et libère la noirceur, les pleurs et le sang des cœurs. Le chant de la mitraille est de retour. Les bouches s’ouvrent, béantes sur l’horreur des Hommes. Un magma noir stagne en chacun de nous. La chaleur, la chaleur, il bout, il bouillonne et déborde pour irradier, brûler, liquéfier, envahir, anéantir d’autres personnes. Le chant de la mitraille d’aujourd’hui est le chant légendaire des sirènes. Il envoûte et tue ! Loup y-es-tu ? le retour de l’animal ? Il n’y aura plus de terre à jeter dans les tombes, une larme au coin de l’œil, le regard bascule à l’intérieur des songes. Une nuit d’été, allongé sur le sable, les mains croisées derrière la tête, le regard perdu dans le noir bleuté de la nuit, les étoiles en reflet dans le miroir des pupilles, je pense à tout ce qui s’est passé depuis des millions d’années, à ce qui se passera dans celles à venir. L’instant présent n’a pas besoin d’être pensé, il se vit. Je ressens le vent qui caresse la plage, j’entends le léger ressac des vagues, mon corps épouse les formes du sable, il se gonfle et se dégonfle au rythme de ma respiration. Les yeux ouverts, j’admire la beauté du ciel et j’éprouve ma petitesse humaine devant cette immensité. Un autre jour, je regarde les nuages à images, ceux qui se transforment constamment. Un chien devient un cheval puis un singe qui laisse la place à une gargouille qui tire la langue, puis une femme au nez en trompette, l’œil grossit, remplace le nez, un bouche apparait, un autre visage encore qui gonfle et s’évapore pour donner naissance à des dizaines de petits lutins qui dansent main dans la main. Les nuages à image sont volages, ils vont de coin de ciel bleu en coin de ciel bleu, au gré des vents de leurs envies. Fatigués d’avoir tant joué, tant voyagé, ils se reposent la tête en bas, accrochés au fil de l’horizon. Et puis des brassées de sourire de mon amoureuse, les regards brillants des enfants, le choc des verres remplis de vin, les mains de nos anciens dans nos mains, des mots tendres et doux que l’on chuchote enfin, des prés verts et fleuris à perte de vue, des visites surprises à des amis, des fleurs offertes que l’on met dans un vase un sourire aux lèvres, des longues lettres à des personnes que l’on aime pour leur dire qu’on les aime encore et encore, des instants volés à la mort...
2016...
Il se peut que rien ne bouge sauf nos cœurs.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Intense, j'aime beaucoup!
Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
Yes, cool... j'aime que vous aimiez beaucoup mon texte...merci!
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Super votre texte !
Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
Merci beaucoup... suis ravi de votre passage.
Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Je suis venu ici, poussé par Michel Dréan. Et je ne regrette pas. Magnifique envolée d'émotions et de réflexions.
Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
pas trop fort j'espère la poussette ? merci
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Ouah ! la vie quoi !
Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
Ouai, la vie quoi... le bordel!
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
T'as pas honte Michel de pousser Br'rn ? Il n'a déjà pas un prénom facile, si en plus tu le pousses du haut du 2016ème étage... ;o)
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Une belle originalité. Force et douceur s'entremêlent. Votre récit commence et se termine de façon poétique. J'adore la dernière phrase.
Et au milieu, c'est un déversoir d'émotions, frustrations, colères, déception... Un regard les yeux grands ouverts sur le monde finalement.

Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
Waou! tous ça...super...vivement 2017 ! à bientôt
Image de Franck Deraeve
Franck Deraeve · il y a
Merci...moi aussi...c'est un sentiment nouvellement identifié et qui correspond pile poil à une phrase d'Alain bashung en début de ses derniers concerts "Je vous souhaite la force et la tendresse"...j'adopte. Tcho!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je vote pour la jolère !
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Ou la tendrorce !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Pas facile à articuler ! ;-)
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
La forcesse si tu préfères ... ;-)
Tiens, j'ai une nouvelle nouvelle en ligne ....

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Forcesse m'évoque un truc gynéco pas sympa ! Rejoue encore ;-)
Et je file te lire !

Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Pas faux, la tendressorce alors ;-)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
La trensorcelée après t'avoir lue ! Pfffiou, c'est pas l'heure mais ça donne envie de boire un truc bien fort. Je vais me contenter d'un carré de chocolat, pas trop amer.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Mon avis

Alicia Bouffay

Chère amie, j’ai bien reçu ton texte. Tu as sollicité mon avis, le voici.
Certains passages sont bien documentés, plein de petits détails qui apportent du réalisme à la narration... [+]

Très très courts

Quai des Indes

F. Chironimo

Bonjour.
Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je m'appelle Jean.
Comme vous le savez, nous devrions profiter de cette petite soirée entre amis pour nous lire quelques textes, écrits pa... [+]