Yaldabaoth

il y a
1 min
222
lectures
32
Qualifié

J’écris pour tuer les mots mais ils reviennent toujours. Mon premier recueil "IN VIVARIUM" est disponible sur Bookelis.com, le second est en cours d'écriture. :) SHOP : debruvisso.com  [+]

Image de Printemps 2021
Plus nous traquons sa piste et plus l'amour s'enfuit ;
S'il n'a point de refuge où cacher ses ramures,
Nul besoin de guetter d'invisibles paumures
Pour en sentir la fleur ou recevoir le fruit ;

Il pousse aux yeux de tous et ne fait aucun bruit,
Aveugles nous tendons l'oreille à ses murmures
Que nous croyons voilés par d'énormes armures,
Mais il est là, partout, visible en pleine nuit !

Amour nous avons cru t'entendre dans nos pleurs,
Amour nous avons cru sentir en nos douleurs
Ta présence éphémère au parfum volatil,

Avec un œil de verre, énorme mais futile,
Nous t'avons trop cherché, soleil en nos hivers,
Or tout est fait de toi ! Notre œil et l'univers !
32

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Le poème est superbe, les images aussi, le titre me laisse perplexe...(même après avoir vérifié s'il y avait d'autres significations...)
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci ! La raison du titre est effectivement assez complexe a cerner mais il appuie le véritable sens de ce poème. Je n'en dis pas plus :)
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Je m'arrête donc à la signification initiale, tu as raison, un poème, ça ne se décortique pas. Merci Mathéo.
Image de Michèle Duval
Michèle Duval · il y a
J’aime beaucoup l’idée de l’amour toujours présent mais si difficile à reconnaître. Un beau poème sur ce thème
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci Michèle !
Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Quel est cet amour inspiré du démiurge ?
Image de Mister Arthur
Mister Arthur · il y a
intelligible et intelligent
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci Arthur, heureux que ça soit intelligible, c’est une nécessité pour moi, sans que ce soit forcément « compréhensible » pour autant.
Image de Criswilde Sarvoir
Criswilde Sarvoir · il y a
On ne dit pas Yaldabaoth, mais y a Albator. Corsaire de l'espace.
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
ah ! Je l'ignorais !
Image de MoM
MoM · il y a
Toujours aussi excellent, bravo !
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci et salut ! J'espère que tu vas bien :)
Image de MoM
MoM · il y a
Oui ça va super ;) J'espère également que tes projets se concrétisent !
Image de De margotin
De margotin · il y a
J'ai aimé ce beau texte
Image de raven bouloche
raven bouloche · il y a
Tuer les mots ! heureusement vous n’y parvenez-pas, la poésie y a tout à gagner
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci c'est très gentil !!!
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Au niveau de la forme, ça n'est pas un sonnet classique. Le premier tercet aurait dû commencer par une rime féminine.
Les 2 quatrains sont corrects au niveau des rimes ABBA ABBA, mais au niveau des tercets, ça ne va pas. "Volatil" ne rime pas avec "futile" (1 rime masculine et une rime féminine).
Je n'ai pas trop aimé le dernier vers. le sens n'est pas clair. "Notre œil et l'univers", Je ne vois pas le rapport avec ce qui précède...Dommage aussi pour l'utilisation de 2 fois "œil" dans le dernier tercet.

Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
J'ai corrigé le premier tercet suite à votre remarque :

Amour nous avons cru t’entendre dans nos pleurs,
Amour nous avons cru sentir en nos douleurs
Ta présence éphémère et ton parfum fragile,

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Oui, c'est bien mieux ainsi.
Image de Matheo de Bruvisso
Matheo de Bruvisso · il y a
Merci pour ces commentaires, vous avez raison quant aux rimes des tercets mais j'ai décidé de passer outre, peut-être que changerai avant publication. :)

La répétition du mot œil est volontaire. Et enfin pour le sens, il est très clair pour moi : nous cherchons une chose qui est tellement omniprésente - au point de nous constituer, que nous ne la voyons pas.

Vous aimerez aussi !