1
min

Vérone 89 (français/italien)

Image de Francesca Fa

Francesca Fa

30 lectures

4

Vérone 89



Quatre-vingt-neuf
on a quitté Vérone
c'est le mois d'août
et l'autoroute
me laisse rêver mon rêve
de lui
qui conduit sans me voir
et j'écoute Ismaele
Fenena Abigaille
Callas à San Carlo
en quarante-neuf
et je ne descends pas
quand il s'arrête
pour un café
je reste à écouter
ce trio que j'adore
heureuse abandonnée
aux voix qui me déchirent
et je suis dans l'arène
tout éblouie encore
consentante martyre
et mes lunettes noires
ne cachent que mes yeux
ne cachent que la source
mes larmes comme un feu
lacèrent mes joues
griffent mon cou
et je suis Dora M
qui aime
je sens le sel tatouer
mon visage immobile
je suis l'amour pleurant
et implorant
je suis un monde perdu
et oublié du temps
et j'aime mon exil
Verdi me crucifie
pour m'avoir bien connue
après lui Puccini
le fit très bien aussi
Bellini, Donizetti
Nos passions nous confondent
Abigaille et Maria
Dora et Fenena
Violetta et Gilda
Butterfly et Liu
Tosca et Turandot
Anna, Lucia, Norma
vous m'habitez
je sais toutes vos joies
et je sais vos effrois
dans vos sillons
je marche
et nous marchons
vous êtes mon Panthéon
et le portrait du monde
sa beauté sa folie
vous êtes toutes mes vies
............................
Il a bu son café
redémarre sans un mot...
et entre Nabucco...





Septembre 2007


Droits réservés





Verona 89





Ottantanove


abbiamo lasciato Verona


è agosto
e l'autostrada


mi consente di sognare


il mio sogno di lui
che guida senza vedermi
e ascolto Ismaele
Fenena Abigaile
Callas al San Carlo
nel quarantanove
e non scendo
quando si ferma
per un caffè
rimango ad ascoltare
questo trio che adoro
felice abandonnata
alle voci che mi strappano
e sto nell' arena
tutt' abbagliata ancora
consapevole martire
e i miei occhiali neri
nascondono solo i miei occhi
nascondono solo la fonte
le mie lacrime come fuoco
lacerano le mie guance
graffiano il mio collo
e sono Dora M
che ama
sento il sale tatuare
il mio viso immobile
sono l'amore che piange
e implora
sono un mondo perduto
e dimenticato dal tempo
e mi piace il mio esilio
Verdi mi crocifigge
per avermi conosciuta bene
dopo di lui anche Puccini
ci riusci benissimo
Bellini, Donizetti
Le notre passioni ci confondono
Abigaille e Maria
Dora e Fenena
Violetta e Gilda
Butterfly e Liu
Tosca e Turandot
Anna, Lucia, Norma
in me vivete
io so tutte le vostre gioie
e so i vostri tormenti
negli solchi vostri


camino


caminiamo
siete il mio Pantheon
e il ritratto del mondo
la sua bellezza la sua follia
siete tutte le mie vite
-------------------------
A bevuto il suo caffè
riparte senza parlare...
e entra Nabucco...





Settembre 2007


Diritti riservati

4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
En amour comme en musique, on n'est pas toujours au diapason. On vibre comme une corde pincée quand les percussions de l'autre sont en pause. Très beau poème, encore plus beau en italien.
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Dis à Pason de t'entendre ... Di Able dit à Tribe "que nenni" Dia Foirus s'en mêle ... Total chaos !
Merci Guy pour le compliment !

·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Bonjour la réponse ! Quel concerto calembourgeois !
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Si je comprends bien, vous écrivez, mais je suis sûr que vous chantez un peu aussi.
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Ah ! J'aurais adoré chanter l'opéra, mais je l'ai su trop tard ... Me suis contentée de chanter dans diverses chorales, et je continue d'aimer l'opéra lorsqu'il n'est pas abîmé par une mise en scène vulgaire ...
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Et alors à Vérone vous étiez au festival, aux arènes ?
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
J'y suis allée de nombreuses fois en effet, hâte d'y retourner...
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Et au festival de Glyndebourne ?
J'aime bien l'opéra en Italie, ce n'est pas comme en France, les gens s'habillent et sortent vraiment. Ils boivent le champagne à l'entr'acte.

·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Ils boivent du Prosecco ! Et c'est très sympa en effet. Dommage que vous n'ayez pas aimé mon Verona 89 ...
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Vous savez c'est un mot très fort j'aime. Et on ne le dit pas souvent. Je crois qu'il ne faut pas le galvauder. Bien sûr on peut cliquer à tort et à travers en se disant que cela n'a pas d'importance. Mais je n'ai pas envie. Et à chaque fois qu'on a lu quelque chose faut-il se demander ai-je aimé ?
D'ailleurs je n'aime pas voter lorsqu'on vient de voter pour moi. Je trouve cela ambigu.
J'avais vu Natalie Dessay dans la Cenerentola. J'ai mis plus d'un an avant de réaliser que j'avais vu une représentation exceptionnelle.
Un jour, j'ai eu un texte en compétition et aucun vote. Je voyais le nombre de lectures croître et aucun vote. Je me demandais si les lecteurs de passage lisaient vraiment mon texte ou s'ils repartaient aussitôt. Je pensais atteindre 100 lectures sans aucun vote et puis un jour un lecteur a voté. J'ai été un peu déçu.
Je ne sais pas pourquoi je vous raconte cela.

·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
Tutto bene
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
J'aime bien le contraste entre la narratrice et le conducteur. L'une sensible et l'autre quelque part absent. Enfin mon ressenti hein.
·
Image de Francesca Fa
Francesca Fa · il y a
C'est tout à fait ça, très justement, un type absent et une femme qui attend ... mais c'est pas toujours comme ça ...? Merci de ton intérêt Dolo
·