Une nonaparolie

il y a
1 min
3
lectures
0
Une nonaparolie



*

Heptatransfusion


si blanches
les pierres
de la traverse pétilleuse

ma mélancolie les baigne

ce n'est cependant pas en noir biliaire
qu'elles sont teintes

je vois que l'arc-en-ciel s'est fait porter pâle


*

Dilemme


La lumière

Et son reflet

Scinder ou

Partage ?


*

Intima


Lumière du couchant

Sur la façade de l’église

Ombres des feuillées

Autour de la rosace

Allumée

Dans le jardin de mon recueillement

Et cela

Qui s’éteint alors

Et cela

Qui s’évanouit

Se veut

Si loin déjà du florilège du tréfonds


*

Après la pluie


La ville est une quiétude. L'instant a versé tous les bruits et toutes les motilités dans les corolles parme des tulipes emperlées. Sur le nouveau ciel l'embellie nacre la nouvelle soif.


*

Joindre


Depuis que j'ai ôté la poussière qui osait farder ton portrait
mes doigts vont se disséminant
ne sachant plus qu'effleurer une présence hors de souffle


*

Chimère familiale


Et comme un flambeau d'épaules

Qui ne s'éteindraient point

Porter haut son enfant

Dont les cheveux s'ensoleillent


*

Inaccès


Promenade dans les montagnes de Zhoushan

Tout semble recouvert

D'une toile

À la fois transparente

Et indéchirable

Et par les térébrantes pensées

Que je t'adresse

Mon corps

Est ce frôlement continu

Du réel


*

La solitude


un oiseau planant
parallèle au fil
vocalisation durante du voeu
que soit noirtissé peu à peu
un semblable


*

Ravissements


deux
trois arcs
de vermeil
ont fulgoré
dans la roue

à l'entour
les corolles
épanouissent la vêprée du regret


*
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,