Un peu, avant l’aube

il y a
1 min
28
lectures
2

BIOGRAPHIE : Abdelmalek AGHZAF, Né à Azrou, ville du Moyen Atlas, au Maroc, en 1952. Études primaires à Azrou et à Aït Ishaq. Études secondaires à Khénifra. Études universitaires et  [+]

Au moment où le sommeil est bien profond,

Où le rêve ressemble à la vie,

Blottie, contre le sein de sa mère,

La petite Salma, encore fleur, encore rose,

Rêve de la beauté de l’amour,

Rêve de son prince charmant et du bonheur.

Sursaute-elle, soudain, de son lit contre son gré.

La lumière de l’aube n’est plus que poussière,

Obscurité et bruit assourdissant des bombes

Tombant sur la tête des enfants occupant l’hôpital d’Idleb.

Plus de rêve, plus de couverture, plus de toit.

Plus de père, plus de mère, ni soeur, ni frère.

Seuls, enveloppés par le froid de l’hiver,

Leurs cris dominent les ruines d’une ville, sans vie.

Comment peut-on aimer et se laisser aimer, au petit matin de l’horreur?

Comment voir la beauté des fleurs et des roses,

Dans les yeux larmoyants des petites filles, à l’aube de leur printemps?

Ces adultes, qui se font la guerre, ont-ils encore un coeur ?

Peut-on aimer et adorer,....la mort ?


Abdelmalek Aghzaf, Tétouan, le 12/12/2017®©
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore
Flore · il y a
J'ai lu, non, la guerre on ne peut l'aimer, et tous ces enfants pris au milieu de ces atrocités...on ne peut qu'être ...je cherche un mot...horrifiés, et ça continue !. Merci Azeaoui de rappeler que la beauté des fleurs et des roses...devient secondaire. Je pense à une très belle chanson entendue cet été: "Omaya sous les mandariniers".https://www.youtube.com/watch?v=7BXG4fRhBt4
Image de Azraoui AGHZAF
Azraoui AGHZAF · il y a
Aimer mon poème, après l'avoir bien lu, le commenter après l'avoir bien savouré et voter pour conclure ! Merci !

Vous aimerez aussi !