Un océan d'amour...

il y a
1 min
542
lectures
87

Puissé-je à la rosée petit à petit me laver des poussières de ce monde — Bashô  [+]

A Khyan...





Telle la Femme éperdue de désir et d’amour, glissant sur le corps de son amant offert et impatient, les vagues recouvrent les galets de leur blanche écume, puis se retirent avant de revenir inlassablement...


Que j’aime ces belles amoureuses sensuelles et sauvages.

Que j’aime ces galets brillants, après chaque assaut, sous les rayons du soleil complice.

Le vent jaloux se joint à nous et s’oppose aux ravissantes impertinentes, les ébouriffant à chaque frôlement. Mais rien ne saurait altèrer l'élégance de ces insoumises sublimées par la multitude de diamants jouant sur leurs rondeurs.

Il ne pourra les empêcher de rejoindre leurs amants qu’elles atteignent avec fougue comme si cet affrontement avait démultiplié leur désir, renforçant le sentiment de douce et suave sauvagerie qu’elles m’évoquent avant l’explosion finale.




87

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !