2 lectures

0

Le soir venu, je rentrais du travail.
La faim me déchirant comme une lame,
Je convoitais mon plat de pâtes à l'ail
Réitéré sans cesse par ma femme.
Celui du boueux n'est guère un art hilare
Car ramasser la crasse est peu tentant.
Mais, d'après moi, c'est pas un cauchemar :
Comme une fourmi je vis petitement.
Oui. Petitement. Sans manies de grandeur
Et sans m'attendre à rien. Ça me convient.
C'est la place que m'a donnée le Seigneur.
Lui seul sait pour nous tous ce qui est bien.
Ainsi, rêvassant à travers le faubourg,
Je m'aperçus que j'arrivais chez moi.
Je n'avais plus qu'à passer le carrefour
Comme je l'avais fait d'innombrables fois.
Mes souvenirs sont flous quant à ce qui suit :
Fut-ce l'imprudence (ou juste pas de bol ?),
Deux yeux férins surgirent dans la nuit
Et me voilà gisant mort sur le sol.

Quoique cet accident fut très sauvage,
Et vous pouvez en juger facilement
À ces lambeaux qui me servent de visage,
Je m'envolai jusqu'aux Cieux comme un chant.
« Je vous prie, par votre saint nom de Pierre !
Que les délais éternels paraissent longs
Aux humains quand ils quittent la terre !
J'ai fait la queue pour entrer, soyez bon. »
« Il n'y a donc pas de frein à ton impudence ?
As-tu pris ce royaume pour un cabaret ?
Serais-je un vulgaire donateur d'acquittance ?
Crois tu qu'à sa guise on peut sortir ou entrer ?
Une dernière fois j'émets mon jugement :
Que ceux qui sur la terre ont de meurtre péri,
Ouvrez vos oreilles, soyez moins fatigants,
N'auront pas lieu de siéger au Paradis. »
« Comprenez mon incompréhension,
Veuillez dissiper me perplexités,
Je le dis avec une génuflexion,
Notre Seigneur n'est-il pas mort crucifié ? »
« Vermine ! Tes propos infectent l'air des cieux !
Jamais l'impiété ne fut plus inhumaine.
Comparer sa mort à celle du Fils de Dieu !
Je te reclus à jamais dans le Noir Domaine. »

Dans le vide je fis une chute incroyable,
Je sombrais dans un océan de ténèbres,
À la fin j'atterris entre les bras du Diable,
Ses diablotins entonnaient un air funèbre.
Il caressa un moment ma figure meurtrie,
Moi, tremblant de peur, je ne voulais pas le voir !
« Sois le bienvenu dans ta nouvelle fratrie !
Je suis ton Seigneur, Prince du Domaine Noir.
En vérité de toi je ne saurais pas quoi faire :
Tu es là à cause de ton assassinat.
Écrasé et méconnaissable aux yeux de ta mère...
Là haut les estomacs sont bien trop délicat.
Mais... aucun de mes cercles ne te correspond...
Tu m'as plu ! Et pour preuve de ma bienveillance
Je ferai de toi un de mes démons !
Sur tous les criminels tu auras ta vengeance.
« Comment ? Est-ce donc l'enfer tant redoutable ?!
Décidément, mille mercis mon cher Satan.
Je crois bien que Saint Pierre est le véritable diable
Et que l'enfer existe, mais seulement pour les vivants.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème