Un amour sans autre pensée

il y a
1 min
1
lecture
0
Et quand je regarde ton doux visage,
Seulement éclairé par quelques flammes de passage,
Tes yeux gris dans mon regard enflammé,
Je ne vois pas vraiment celle que tu es,
Trop concentrée sur mes douces pensées,
Celles qui te désirent, celles qui t'admirent,
Alors qu'encore l'amour je te fais ressentir,
Et dans mes bras de nouveau tu te plaît.
Sais-tu combien je t'ai attendue ?
Toi et tes douces et belles vertus,
Dans mon âme tu t'es frayé un chemin,
Et puis tu m'as demandé ma main.

Au début, je n'y croyais pas, c'était vrai...
Pour la première fois je me sentais aimée.
Mais dans ce pays, nous ne pouvions que militer,
Il n'était pas vraiment permis de t'aimer.
Une fille avec une fillle, mais quelle idée !
Déjà, dans toutes les rues je les entendais...
Ces remarques, réflexions à peine voilées,
Moqueries et injures dont je voudrais me délivrer.

Un beau jour, pourtant, j'ai sautillé dans tes bras,
Je t'ai serrée tout contre moi,
Le temps ne t'avait rien pris de ta beauté,
Tu était comme le premier jour de l'été,
Et aujourd'hui, nous avions enfin,
Le droit de nous marier,
Dans les rues, de nous tenir la main,
De pouvoir, se promettre vraiment, s'aduler,
Voila comment dans nos robes nous nous sommes embrassées,
Jusqu'à notre mort nous pourrions nous aimer,
Et devant nous un enfant nous pourrions élever,
C'était si dur, mais tu me soutenais.

Je le savais, c'était certain, nous étions âmes-sœurs,
À jamais tu es restée gravée dans mon coeur.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,