1
min

Un amour de wassingue

Image de Gilles Paquelier

Gilles Paquelier

3 lectures

1

Torturée par des doigts noueux dès le matin
Une wassingue avait des rhumatismes
Elle pleurait de l’eau sale, souffrait de pessimisme
Finir sur le carreau, n’était-ce pas son destin ?

Alors que fatiguée, elle dormait dans son seau
Le prince du château rejoignit la cuisine
« A moi un gobelet d’eau, j’ai la tête en terrine ! »
Dieu que même en furie le jeune homme était beau !

Tout à trac, dans sa flaque, la pauvre serpillère
Leva les mailles au ciel et tomba amoureuse
Elle frotta sous ses pas d’une ardeur fiévreuse

Hélas, malgré tant d’heures passées à caresser
Les traces sales et boueuses de ses très longues bottes
Elle vivait tout en bas et ne pût le serrer
Dans ses bras tout fripés de vieux drap en boulottes

Un mage voyant cela
Transforma la Wassingue
En belle Pamela
Aux formes vraiment dingues

Malgré tout, notre fier hobereau
Préféra une douce princesse
Fine comme un roseau
Sans poitrine et sans fesses
Qu’il couvrit d’un monceau
D’amour et de caresses.

Moralité :
Une serpillère vieille et flapie
Qu’on soit dans la vie ou en fable
Ne mettra jamais dans son lit
Un homme jeune riche et affable.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur