2
min

Trois prêtres

Image de Edouard Mion

Edouard Mion

5 lectures

0

L'anecdote est un fait en un temps survenu
Qui mérite mémoire à fin d'être un jour lu
Pour en tirer parti, leçons et conséquences
Que l'on ajoutera à notre faible science.
1 -
Encore adolescent d'une église je sortais
Où un de mes amis en habit se mariait.
A côté d'un curé me retrouvais soudain
Dans l'auto qui allait nous mener au festin.
Celui-ci s'inquiéta de jamais ne me voir
A ses prêches habituels du matin et du soir.
Je dus lui décliner, à sa grande stupeur
Les raisons pour lesquelles je n'avais aucune peur,
Que je n'étais ni juif, ni même protestant,
Encore moins catholique, pas non plus musulman.
Sa colère éclatât par un "FILS DU DÉMON"
Quand je lui dis qu'athée était donc mon don.
- Il faut venir me voir pour que je vous baptise.
- Non monsieur grand merci, ce serait une bêtise.

Si cette situation devait se reproduire
Je pourrais mille répliques courtoises lui redire
Et pour lui éviter un discours bien trop long
A fin qu'il me comprenne, de ces pages lui faire don.

2
Je grandis et un jour j'épousais une fille
Qui m'allait à merveille tant elle était gentille.
J'en oubliais le fait que chrétienne elle était
Et qu'à l'église son père et elle-même me poussaient
Pour qu'en ce lieu sacré nous fussions donc unis.
Mon amour était tel que je le lui promis.
C'était sans pour autant savoir que le curé
Allait me demander une entrevue sacrée.
Je me présentais donc en lui disant d'abord
Que je ne croyais pas en ce dieu qu'il adore.
- Nous en reparlerons ; mais jurez sur la bible
Que vous parlerez vrai car vous êtes la cible
Du rapport que je dois sur vous élaborer.
Jurez donc mon ami ne rien édulcorer.
- Señor cura, lui dis-je, vous n'avez rien compris
Comment puis-je jurer lors que je suis impie.
Posez-moi des questions auxquelles je répondrai
Je n'ai aucun motif de ne pas parler vrai.
- Vous paraissez honnête, il faut donc qu'on bavarde;
L'entretien fut paisible, sans sortir les hallebardes.
Mais une chose lui manquait car dans la discussion
Nous parlâmes plus de sexe que de sa religion.

Quelques jours plus tard, à côté de ma femme,
Raide comme un piquet je déclarais ma flemme
En l'église où debout, sans agenouillement,
Sans un signe de croix, avec recueillement,
Je pensais à la vie qui s'ouvrait devant moi
Et pleurais de bonheur, sans cacher mon émoi.

3 -
L'aventure continue en cette Amazonie
Où l'on a décidé de poursuivre notre vie.
Mon beau-père connaissant déjà cette région
Me présente à l'évêque dirigeant la mission.
Pour ne pas faire semblant de croire je lui intime
Avant toute autre chose ma non croyance intime.
« - Cela vous gêne-t-il donc de ne pas croire en dieu ?
- Oh! absolument pas, je suis ainsi heureux;
Sans croix et sans tabou je me porte comme un charme.
- Et bien soyez sans crainte je ne prends pas les armes
Contre ceux qui comme vous de non croire ont le droit,
Vivons de notre mieux en ce si bel endroit. »
Nous parlâmes du pays où j'allais vivre sept ans
Au côté de ma femme avec nos deux enfants.
Je côtoyais souvent ce prêtre canadien.
Et oserais-je le dire, nous devînmes copains.
Le roman de Barrett "La main gauche du seigneur"
Que je conseille de lire à mes amis lecteurs,
Fut épluché par lui et par moi en détails
Devant un bon repas où nous fîmes ripaille.

De ces trois anecdotes, tirez la conclusion :
Etre prêtre ce n'est pas penser à l'unisson.
Il en faut de tous genres, aussi pour tous les goûts.
Ce sera en fonction de chaque homme en dessous
De leur soutane blanche, noire ou pourpre ou dorée
Que j'aurais du plaisir à parler au curé.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,