1
min

Trois gitanes dans le Palais des Maures

43 lectures

3

Sous un pergola envahi de fleurs
Dansent, ivres de joie, trois bohémiennes
Elles ne se soucient guère de leurs malheurs
Dans ces magnifiques jardins règne

Le silence absolu de leur attitude
Elles ne parlent pas, mais elles se laissent
Mirer par les curieux qui ont l'habitude
De se pâmer devant cette allégresse

Une s'arrête pour cueillir un fruit
Le liquide amer coule sur son cou
Il provient d'un oranger qui suffit
Pour faire émaner son arôme, son goût

Las l'arbre flâcheux, n'est plus le point de mire
Ces trois insouciantes là conspirent
A bouleverser le calme du lieu enchanté
En psalmodiant des chants sacrés

L'incarnat de leur teint est semblable à celui
Des roses qui entourent la cour des Lions
Et leurs voix résonnent à l'unisson
Pour s'envoler par delà ce paradis

Comme pour leur enlever leurs jubilations
Quelques malotrus s'empressent de les chasser
Indifférents à la beauté de ces fées
Ils rient de voir naître leurs rebellions

Elles arrachent au passage quelques branches
D'un arbre de Datura pour garder de leur visite
Au fond de leur coeur la pureté du site
Pour sécher leurs larmes, prennent leurs manches

Où vont-elles aller maintenant continuer
Leurs vies de bohème?
Par les routes du Sud de la péninsule
De l'aube au crépuscule
Elles vont envouter d'autres lieux suprêmes
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Très bel écrit, bravo ! Un plaisir de découvrir votre poème.
·
Image de Alexandre Bontemps
Alexandre Bontemps · il y a
Merci à vous. A
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Ce n'est pas un hasard, si du haut de ma montgolfière, je découvre avec les isards, la beauté de l'Isère. Je peux ainsi voir le Pic de la Belle étoile et le Grand Rocher fier et droit. Comme une ...