1
min

Toi Jeunesse

Image de Gérard Giraud

Gérard Giraud

17 lectures

1

Je te rencontre tous les jours ou presque
Dans les rues, les bus ou ailleurs,
Tu es blonde, souriante et frêle,
Insolente, calme et sans peur.

Je t’aime de loin te désires
Mais Toi mutine tu me fuis ;
Tu me nargues avec tes sourires,
Ta peau claire, lisse comme un fruit.

Je te vois comme une étrangère
Dont je ne parle plus la langue ;
Tu ris de moi me mets en bière,
Je cris vers toi, te harangue.

Mais Toi tu files loin devant moi
Jeunesse, je ne peux plus te suivre ;
J’ai bien trop d’années derrière moi
Je ne pourrai pas te survivre.

Et pourtant Toi tu es si belle
Là-bas quand je te vois passer ;
Ton doux souvenir m’ensorcelle
Tendres images de ton passé.

Ce petit garçon dans la crique
Plongeant dans ton visage azur,
Jeunesse, tu me fais la nique
Là-haut dans ton lointain ciel pur.

Je me tourne vers Toi j’hésite
À te faire signe, te parler ;
Mais je ne suis qu’un vieux parasite
Jeunesse dans ton soleil d’été.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Tous le monde a sa place en ce bas monde et à chacun sa chacune et tant pis pour les esprits chagrin !
·
Image de Gérard Giraud
Gérard Giraud · il y a
Et la Jeunesse nous fuit hélas nous ne pouvons que le pleurer...
·