Sur un arbre qui tombe

il y a
1 min
158
lectures
30
Qualifié

J'aime la poésie qui est, selon Lamartine, le souffle articulé de l'âme et suis attiré par les poétes symbolistes, surréalistes et parnassiens. L'enseignement de l'anglais m'a permis de  [+]

Image de Printemps 2021
Des bruits sourds résonnent comme des tam-tams :
Un arbre va mourir.
À coups de hache et de tronçonneuse
On le fait saigner et le sang gicle
En copeaux de sève gluante.
Le tronc s’ébranche : il ne portera
Plus de nids. Les oiseaux ne se reposeront plus
Dans son clair feuillage
Sur le chemin des migrations
Ni ne se blottiront sous l’égide de sa ramure
Quand les pluies cinglent dans l’ouragan furieux.
À son pied ne pousseront plus les grains de beauté des champignons
Qui sentent la terre féminine
Et les papillons ne feront plus leurs ballets
D’amour sur ses feuilles où le soleil
Se dialyse.
Déjà il est à terre, dans un craquement
D’allumette qu’on frotte
Puis l’équarrissage : l’écorce
Aux cœurs gravés d’amours de passage
S’est détachée par lambeaux
Laissant à nu l’effroi des fibres laiteuses.
Bien qu’entouré d’autres arbres, il affronte seul la chute dans l’espace :
Par milliers, les cohortes de fourmis
L’ont abandonné à son sort
Les voix aériennes se sont tues
Pour renaître ailleurs.
Seuls le veillent les yeux phosphorescents des hiboux
Et les couronnes ailées des corbeaux.
Mais avant que la scierie ait poncé puis teinté
Tes abattis numérotés
Aussi roides qu’un cercueil,
Avant que tu sois découpé en planches
Dont on fait les étagères de cuisine et les meubles en kit,
Avant que ton aubier par l’habile charpentier
Ne devienne une poutre parfaite exempte du moindre défaut naturel
Digne de porter le Christ,
Avant qu’on te réduise en tout petit bois
Pour brûler dans l’âtre tes souvenirs
Ou qu’on fasse de ton cœur centenaire
Des jouets vernis,
Avant que les machines t’aient plongé dans
L’oubli de ta rustique verdeur

J’aimerais conserver en mémoire
La noblesse de ta souffrance
S’épanchant sur le sol en longues chevelures d’émeraude
Comme un plasma
Car c’est la même souffrance que celle des hommes
Qu’on abat contre un mur
Qu’on exile dans les prisons d’ordre
Ou qu’on aligne dans les fossés profonds.
30

Un petit mot pour l'auteur ? 29 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
Un poème qui me remue, un arbre...un beau poème.
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Très beau texte profond.
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Un poème qui bouscule notre intérieur. La dernière comparaison est très touchante. Bel écrit.
Image de Etienne Roch
Etienne Roch · il y a
très beau et si bien décrit. J'ajouterais que l'arbre a produit les plus beaux, anciens et raffinés meubles. C'est sa victoire.
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Magnifique ode à l'arbre, qui nous apporte tant, sans qu'on lui présente la moindre gratitude !
Image de Jo Kummer
Jo Kummer · il y a
Un arbre meurt, un autre pousse, heureusement!
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Couper un arbre c'est révoltant. Et c'est joliment exprimé.
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
Belle ode à la nature
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un bel hymne à ces géants que sont les arbres.

Vous aimerez aussi !