1
min

Sucré salé

Image de L'oiseau bleu

L'oiseau bleu

0 lecture

0

C’est au sucre ingéré que je dois d’atténuer
L’aigreur de mes jours, l’acidité du monde
Aux polysaccharides, je confie sans tarder
Le moindre de mes maux, ma soudaine faconde
Moi dont la joie ne vit, qu’en secret, bien cachée
Tout au fond de mon âme, tandis que la tristesse
Tant submerge mon être, qu’il faut les mots laisser
Se déverser, sortir,et que jamais ne cesse
Le flot de mes paroles, pour mieux cacher les larmes
Apaiser la douleur, contenir la haine
Qui aux détours des cris, se retrouve sans arme
Impuissante et figée, à dissiper ma peine.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,