SARS-CoV-2

il y a
1 min
1 226
lectures
476
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Attention ! Si vous plongez dans ce tableau de fin du monde, vous n'en ressortirez peut-être pas ; car la puissance de cette appocalypse vous aura

Lire la suite

"L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est l’écrit et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie." Marguerite Duras  [+]

Image de Été 2020

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le décor s’ébroue
Puis jette quelques cris
Comme un nouveau-né
Ébloui par un trop plein de lumière
Les arbres se gouachent
D’un vert Véronèse
Cette nuance irréelle aux reflets délirants

Naïve je plonge
Et glisse vers l’autre face
Je passe une main sur mon visage
Sur ma joue coule
Une ombre un peu trop froide
Presque givrée

Du ciel dégouline une pluie d’aberrations
Le paysage fait buvard
Il suinte son air de tromperie
Les fleurs du cerisier embaument la naphtaline
Dans les campagnes ne poussent plus que des champs de salades
L’imposture a crevassé mon œil d’ingénue

Coincée derrière ma fenêtre, mon rêve fait carton-pâte
Le soleil ne tient plus qu’à un fil
J’ai dû frissonner un peu trop fort
Car l’astre perd l’équilibre et chute
En silence
Sa coquille se brise
Le blanc bave
Le jaune se couvre déjà de poussière
La nuit camisole le jour
Les étoiles tombent au fond de l’amer
Où elles divaguent
Les océans sont siphonnés
Jusqu’à la dernière goutte
Le globe désaxé tourne de travers
La lune détraquée a pendu ses croissants
Aux branches d’un nuage

Serait-ce un vol de pipistrelle qui obscurcit le ciel
Alors qu’une herbe noire envahit la Terre ?
Elle pousse, pousse
Serpente, ondule, enlace
Et racle les gorges
En commençant par celles du Yangzi Jiang
Elle rampe l’herbe,
Mauvaise,
Grimpe puis court
À l’assaut d’autres contrées
J’en ai les cordes brisées
Et les paupières désordonnées
Comme deux rochers trop lourds qui s’émeuvent

Je garde mon sang froid
Et aucun sifflement ne sort de ma bouche
N’aurais-je pas, néanmoins, avalé des couleuvres
Le sourire aux lèvres ?
Est-ce moi qui ai mal entendu ?
Hier encore, le danger n’était-il pas un leurre
Et nous pouvions marcher
Le visage découvert ?

Pensive, je ne l’ai pas vu surgir
Pourtant j’aurais voulu hurler :
« Elle me mord  ! Elle me mord ! »
Mais je suis en détresse
Respiratoire.
Est-ce l’anoxie qui dans mon dos ricane ?
Le souffle court, je tourne la tête
Deux billes noires me fixent de leurs yeux de déments :
L’herbe est folle
J’aurais dû l’arracher
De mes doigts de rapace

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Attention ! Si vous plongez dans ce tableau de fin du monde, vous n'en ressortirez peut-être pas ; car la puissance de cette appocalypse vous aura

Lire la suite
476

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Pierre Lieutaud
Pierre Lieutaud · il y a
farandole de mots, avalanche d'images pour un beau cauchemar.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
De belles images qui donnent sa force au spectacle.

Vous aimerez aussi !