Souvenir Souvenir

il y a
1 min
142
lectures
11
Qualifié

A ce miroir où je me regarde sans fin, Je réfléchis au reflet de ma peau moirée Un doigt posé sur les lèvres de ma bouche, Et je tais les promesses de soirées, Non tenues dans les draps de ... [+]

Image de Grand Prix - Été 2021
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

C'est à l'aube naissante, dès matines,
Dans le bruit de la vaisselle que l'on rince
À la hâte, et d'un geste délicat,
Que la brasserie Mazet s'éveille place Dauphine,
Au son des chaises que l'on bouscule et qui grincent
Sous les aiguilles impatientes de la pendule en formica.

La grosse Marie circule entre les tables de bois de rose,
À grande eau elle serpille le carrelage
Et ramasse cotillons, et autres restes du mariage.
Sa blouse imprimée de fleurs violettes et de roses,
Laisse apparaitre par moment, tant elle bouge,
Une combinaison bordée de fines dentelles rouges.

Après la fête, défaite de ses brocatelles,
La mariée est débarrassée de ses atours.
Nue, sans colifichets, se sent-elle bécasse et godiche ?
Ou de ces dentelles ma fille, comme tu te fiches,
Embarrassée devant la rude maladresse
Les embrassades, les câlins et les caresses
De ton Marco ton amour,
C'est ton amour, ta tendresse, ta bagatelle.

Le bourdon de sept heures sonne à Saint-Sulpice
Où quelques vieilles contrites se précipitent à l'office.
Dans la cuisine, où frisent des volailles et confisent les canards
Un chien somnole sur le linoléum.
Marie affable et molle dans sa robe de mousseline
Regarde avec une tendre impatience, son mari de bonhomme
En costume et cravate, attablé à l'écart
Devant un café noir dans un coin sombre
Que des tulipes dans un vase illuminent.

Au bourdon de dix heures des dondons dodelinent à la sortie de la messe,
En habit du dimanche elles se confient, conversent et confessent,
Alors qu'aux trompes des manèges et de la fête foraine,
Nos vingt ans s'en viennent boire au zinc,
Souliers pointus et chemise à motifs western,
Dans le tintamarre du bastringue.
Ils flirtent avec les filles qui frisent, petits scandales,
Jupes colorées, rouge aux lèvres, socquettes et sandales,
Indifférentes aux soupirs de ma tante dans son fauteuil en osier
« Mais Yéyette, faut t'y faire, entre sixties and seventies, c'est les yéyés »


__

Interprétation du travail de Chantal Roux peintre.
11

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
On sent bien que c'est inspiré par des tableaux. C'est bien restitué et vivant. L'ambiance est prenante.
Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Merci Lyne. II y a et il y aura bien d'autres textes sur des peintres et leur travail, puissiez vous prendre encore plaisir à leur lecture. Merci encore.
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Souvenirs qui passent, bien décrit, j'ai aimé, mon soutien
Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Merci Daniel, les souvenirs ne restent ils pas ?
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Pas toujours malheureusement !!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Prose poétique, poème en prose ou tout simplement vers libres ? Ce poème narratif interprétant un tableau de peintre, a beaucoup de charme, c’est délicieusement écrit, je me suis régalée à cette lecture : lorsque le talent d’écriture est là, la poésie est victorieuse.
Je like et je m’abonne à votre page.

Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Merci Fred de ce compliment et de cet abandon. Chantal était une peintre très attachante.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Malgré les facéties de votre clavier, je ne vous « abandonne » pas, au contraire je m’abonne 😀 et je vais même me renseigner sur cette artiste peintre que je connais très peu.
Belle journée à vous !

Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Les charmes passés sont comme des dentelles qui ne jaunissent jamais .
C'est une histoire , c'est un récit que l'on raconte toujours .

Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Merci Ginette, la peinture de Chantal avait bien un parfum de douce nostalgie.
Image de Saber Lahmidi
Saber Lahmidi · il y a
Sublime !
Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Hou là ! Merci beaucoup Saber de cet enthousiasme.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Les dondons dodelinent, jolie trouvaille.
Eternels conflits de génération, on est toujours le vieux de quelqu'un !

Image de Jean François Bottollier
Jean François Bottollier · il y a
Merci Chantal, n'est-ce pas ainsi que se déplaçaient les femmes un peu fortes, veuves parfois, descendant les marches de l'église, avec un chapeau noir ou un foulard sur la tête, un sac au creux du bras et ce dépêchant d'aller au pain ? C'est comme cela que je m'en rappelle et que Chantal Roux semblait les peindre. Encore merci de votre intérêt.

Vous aimerez aussi !