Soupirail

il y a
1 min
69
lectures
45
Qualifié
Tes tendres soupirs sont faussement alanguis
Dans la cave de tes sentiments l’on ressent
Mélodie en sous-sol le cave se rebiffe
Bouche dégoût mais toujours encaissé cousu

Le bossu est loin de votre dame assagie
A sagaie des traits inavoués éminents
« C’est plus fort que moi » se défausse sur paraphe
Signature usurpée en plein soleil en sus

La prise en pathologie la varappe en ni
L’un ni l’autre ces égarements alarmants
La brèche écopée alors qu’apposer sa griffe
L’abjecte houri élevée au rang du vendu

Sous le coude d’un abuseur s’en est fini
L’es crocs pour « tendres amants comme des enfants »
Caracole aux relents du passé l’épitaphe
La patte lovée dans le ciment du bourru

C’est cuit au four la pâte soulevée rassie
Enfournée au jour dit du coup rien de franc
Sur la ligne courent ces échos de certif
Tourne bourrique en manège trop four bu

Levons le verre à la mise en bière hi !
Ans tant et en heurts l’avenir passé navrant
Domine souverain en échos homographes
Longe tirée en ans clos de fit ça visu.
45

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,