Sonnet pour une Chauve-souris

il y a
1 min
235
lectures
43
Qualifié

Poète  [+]

Image de Eté 2016
Toute folle et tremblante, accrochant la muraille
De ses frêles pattes, une chauve-souris,
La cervelle à l'envers, sous les briques pourries,
Dort comme on dormirait après une bataille.

Là, seule et tranquille – pauvre bête qu'on raille
D'être oiseau sans plumes et volante souris –
Son corps emmailloté comme un être mouri*
Semble voiler sa face au monde qui l'assaille.

Cependant par moments, la pauvre ombre blêmit,
De l'espoir d'une amie très doucement frémit,
La seule au demeurant qui veuille encore d'elle ;

Qui vient toujours à point endormir son ennui
Et la laisse sans peur déployer ses deux ailes,
Comme pour l'embrasser – Elle espère la Nuit.


___

* mouri = mort, défunt, décédé ( Louisiane)

43

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !