Solitude

il y a
1 min
23
lectures
3
Le froid m'étreint, mon ventre se serre
La solitude me contraint, je rentre sous la terre
C'est mon âme qui parle à travers mes entrailles
C'est mon cœur qui se souvient, la faim le tenaille

Devant moi le gouffre, devant moi le vide
Chaque seconde me bouffe, chaque seconde me vide
Je suis dans l'émergence, mon être se découvre
Je suis dans l'abondance d'une pensée qui se recouvre

De poussières d'étoiles, de fragments de toi
D'immensité du monde, de ta main sur moi
D'éternité de rien, de la douceur de tes mots
De ton bras qui me retient, de la chaleur de ta peau

Où es tu ? Je t'attends
Quand viendras-tu ? Je te sens

Tellement intense, tellement vibrant
Ton absence me vrille l'estomac méchamment
Ce sentiment de toi, ce sentiment de nous
Il me tue, il me noie, il me chavire, il me cloue

Au pilori de mon instinct qui connaît l'évidence
De moi j'extrais cette incandescente essence
De notre amour, de notre destin
De mon corps qui se perd en chemin

Dans cette espérance folle, ce désir éperdu
Ma patience s'étiole comme un éden abattu
Je cours dans le vent qui caresse mes cheveux
Dans cette douce brise attisant ce vœu pieux

Où es tu ? Je t'attends
Quand viendras-tu ? Je te sens

Tu es ma promesse, mon pardon, mon repli
Tu es ma faiblesse, mon cocon, mon ami
Toute mon âme se tourne vers ta lumière
Tu es la dernière larme cachée sous ma paupière

Tu es ma vibration, mon âme sœur, mon absolu
Tu es ma transgression, mon attrape-cœur, mon salut
Ton souffle court dans mes veines
Fuir serait une tentative bien vaine

Tu es ma vérité, mon trouble, mon secret
Tu es ma liberté, mon double, mon éternité
Nos corps s'appellent, nos âmes se lient
Nos mains se serrent, nos langues se délient

Où étais tu ? Devant moi depuis toujours
Je croyais que tu ne viendrais plus, enfin tu es là mon amour.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !