SÉPARATION DU TEMPS

il y a
1 min
1
lecture
0
Je vis de toi, et de moi, je vis de les deux, ton rien ne me fait plus peur,
Tu bouges en moi et défais mes entrailles,
Tu prends mes envies et mes obsessions, tu prends le mal
Tu l’expulses dans une éjaculation !
Quand on fait l'amour, tu meurs, je meurs, nous mourons tous les deux,
Nous touchons l'écart du temps,
On tombe dans de multiples gestes, caresses, lèche, bisous, univers,
Nous revivons, mon amour, nous vivons à chaque seconde qui passe,
Nos non-âmes présagent une nouvelle réincarnation, chez les êtres sur humains :
Comme les êtres épiques, tu m'habilles avec ton sang... dans ton berceau,
Et quand je ne t’ai pas, je me contente de sentir l'odeur de ta brume.
Quand le soleil se lève, nous redevenons mortels, notre ombre revient sur notre peau,
Nos yeux s'assombrissent, notre nudité est couverte, nous sommes seuls,
Nous ne nous connaissons pas, nous oublions tout, en attendant que la nuit vienne pour répéter ce paradis,
Sans réponses, sans mots, avec des gémissements, avec des larmes, avec passion,
Avec tout ce qui est divin, pour nous regarder sans nous voir, et nous regarder de l'intérieur.
La terreur a disparu et l'amour, le désir, la luxure, l'affection, la rêverie restent,
Tout ce qui nous manque quand nous sommes éveillés.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !