1
min

Sein cœur vain

Image de Eddy Maucourt

Eddy Maucourt

2 lectures

0

Mon muscle t’a grimpé quand ton sein cœur nous a perdu
Malaxant le pendule qui de tes lèvres m’a mordu
Pendu à un malaise quand j’ai vu crier tes cent voix
Un chanteur passager cochait sa tombe d’une croix

J’ai demandé pardon au corps béant d’un militaire
Bouillant d’humilité devant la poigne de la terre
J’ai chanté mes chansons en une fraction d’hécatombe
Avant que dans nos cœurs la note fausse ne retombe

Avez-vous entendu le meurtrier battre la fuite
Aviez-vous disparu lorsque le temps battait la suite
Aux violettes blessures il y a tant de beaux regards
Celui de l’arme amante et celui du poing qui s’égare

Noces atténuées par le mouvement des vertiges
Dans la tête qui gronde il y a l’ombre de nos tiges
Scandées entre les cuisses comme des musiques vainqueur
Innondées d'abreuvoir à l’aube douce des cinq heures

J’ai perdu l’altitude en suivant le mauvais nuage
Aspiré l’air impur et pollué d’anges en nages
Désaltérant le ciel avec le sous de mon repas
J’ai juré devant Dieu que je ne le croiserai pas

Manions la bavure avec la franche arme du risque
Noircissant le dessin sous des échos de tourne-disques
Les bras en croix la ville astre terrestre ne bat plus
Le silence a tremblé lorsque le divin s’est pendu

Mon muscle t’a grimpé à l’aube douce des cinq heures
Maniant la caresse avec la frousse d’un braqueur
Que nos lits mitoyens se mitraillent comme des bulles
Aspergeant le sommeil de la semence noctambule

Avons-nous retenu le titre du bouquin futile
Fut-il écrit en vers à la plume de l’inutile
Au bas de ta rayure il y a comme un amas de drames
Qui me pousse damné à t’engloutir comme une femme

L’écho devint si fort à la tête de nos écrits
Que le divin tremblait au long du long corps de nos cris
Maman se fait dame et dans son esprit marqué d’un fer
Aussi bien que sa gueule est une main gantée d’enfer

Aux couteaux affamés affalés au cœur de l’ infâme
Aux chairs émoustillées qui se réchauffent à la dame
Ce jour est a marquer d’une tombe blanche et scolaire
Où la croix martelée s’efface devant la colère
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,