6 lectures

0

Satie a brisé mon cœur le soir d'un hiver.
De ce jour, les pianos raisonnent.
Dans mon corps de tristes frissons.
Et quand je m'abandonne je sens ma raison.
Qui pardonne.
A la nuit de venir et fredonne.
La musique du temps qui passe.
De l'automne et du bruit.
Du printemps, des vertes saisons.
De l'horizon qui frissonne.
Satie rend moi la raison.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,