Saint-Benoît

il y a
1 min
91
lectures
10
Qualifié
Le temps s’est arrêté
À Saint-Benoît-sur-Loire.
Il n’y a rien qui puisse desserrer mon regard
Le fleuve passe
Les pierres blanches répondent aux briques roses
Les bancs verts sont parfaits
Tout est parfait.
Comme prévu l’ombre dispute à la lumière
Le sable immaculé
Rien ne disperse ou ne distrait la pensée
Rien ne bouge
La vraie vie est ailleurs ;
Pourtant dehors les oiseaux font leur nid ;
Les marronniers avec leurs troncs parcheminés
Attendent l’heure tranquille
Mais leurs feuilles frissonnent
Rien ne bouge et pourtant
J’entends le froissement de l’envol
Et j’aperçois dans les remous
Le reflet rutilant de l’oiseau
En haut du ciel,
Le rubis de ses plumes
Le joyau de sa force.
Rien ne bouge et pourtant,
J’entends tes pas
Un frottement léger sur le sol
J’entends tes pas
L’heure approche
L’heure bienfaisante
L’heure immobile,
L’heure permanente
J’entends tes pas
Mon jumeau ma naissance.
Dans les roseaux du ciel nous nous tiendrons
À deux jusqu’au petit jour
Et nous rêverons.
10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !