1
min

Romy Schneider

13 lectures

4

Quand je rêve d’infarctus
A 180 par temps de pluie
Et que par la vitre ouverte
Défile la nuit

Quand dans un bain brûlant
A 280 battements
Je vois s’enfuir par la porte ouverte
Tout ce que j’aime

Quand dans mon cortex sombre
Par moins 80 degrés
Mes synapses devenues lourdes
S’évertuent à congeler

Quand dans le noir total
Sur une pente à 80 °
Je sens que mon bras se crispe
Pour me réanimer

Quand dans mon histoire
A 180 degrés
Je virevolte, vole et plane
Pour tomber en piqué

Quand je rêve d’infarctus
A 180 par temps de pluie
Et que par la vitre ouverte
Défile la nuit


Alors je vois de loin La terre
La mer
Un frère
Le regard de Romy Schneider

4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,