Image de Anarore

Anarore

13 lectures

1

Les pages du journal se tournent,
Ta vie aura été l’absence sur ses cils bordés de chants ;
La garçonne a eu l’opium de tes mots.

Toi, le dormeur formidable,
Toi, l’éternel amant de l’ombre à la paupière close.
Toi, fée du sommeil, berçant les images du jour,
Eveillant les paysages du désir,
Sous la plume de Breton.

Les pages de l’apparition tournent,
Elle était là cette nuit et la vie des camps s’est faite plus douce.
L’anémone est portée elle aussi sur le rivage,
Et les graviers qui crissent sous ses pas rappellent les lendemains glorieux de l’extase
Et le sucre qui fond sous la langue du thé.

Mais la nuit s’achève et la poussière entre dans sa bouche,
Et le rêve prend fin,
Tuant les mots surréalistes.

Déjà le glas du numéro retentit,
Les sifflets injurieux s’élèvent
La marque le brûle du feu des tours
Qui crachent la fumée.

En haut l’étoile brille :

« Moi qui suis Robert Desnos pour t’aimer ».

Thèmes

Image de Poèmes
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
Envoûtant...une étoile éclaire ces mots de sa luminescence! +++
·