Près de toi, jamais vieux

il y a
1 min
4
lectures
1

Quand les mots me prennent Par le coeur, ils m'entrainent Dans mes rêves, mes peurs puis je les dépose, douce rumeur Aujourd'hui je vous les livre Vous me lisez vivre Ne soyez pas trop  [+]

Le temps passe, mes rêves s’effacent,
ne subsiste qu’une trace, comme prise dans la glace.
Celle de mes doutes, de mes inquiétudes, de mes déceptions
-Écoute, entends tu la plénitude?- il n’en est pas question!
Je ne peux entendre que le chaos et les pleurs
Mon coeur était tendre et maintenant se meurs

Je ne suis plus capable de sourire
Je n’ai plus envie de rire
Je n’ai plus faim
Tout me semble vain

Je suis partie depuis longtemps
Un après midi pluvieux
je me suis laissée sur la route, hors du temps
Pour rester près de toi, jamais vieux

Comment continuer d’être, d’exister
Je m’empêtre, je m’enlise dans cette boue exquise
Composée de fragment de souvenir, de reste de toi
j’ai envie d’y venir, changer de toit

Mais je ne peux partir, j’ai encore envie de vivre
je ne suis pas un martyr, j’ai encore tant à découvrir
Tant à sentir, tant à voir, tant à aimer
Grandir, recevoir et donner

Il va falloir panser ses plaies et prendre du plaisir
il va falloir apaiser ses maux et penser d’autres mots
Continuer d’essayer, quitte à se planter
un jour se pardonner, avancer et ne plus être hantée.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !