Pourquoi tant d'amour ?

il y a
1 min
903
lectures
91
Qualifié

Vous êtes les bienvenus sur ma page ! Mon dernier en date : LE LUCANE CERF-VOLANT (72 h) À redécouvrir : UNE ÂME DE VERRE (Prix Renaissances) et RETOUR DE GUERRE (lauréat Hiver 21) UN  [+]

Image de Automne 2020
J’ai depuis trop longtemps un amoureux transi.
Il me poursuit, me fait des promesses immenses,
Jamais découragé, toujours il recommence,
Il s’obstine et pourtant je ne l’ai pas choisi.

Chaque jour il m’écrit sa douce lettre tendre,
Mes doigts à la saisir sont tout collants de miel
Et la guimauve coule, et lui se croit au ciel,
C’est désolant et vain, car il ne peut prétendre

Obtenir mon amour : mon cœur est déjà pris.
Je ne dois accepter les bouquets qu’il dépose
Au pied de mon logis, ni ces parfums de rose
Entêtants de touffeurs qui m’embrument l’esprit.

Avec tous ces flonflons versés sous ma fenêtre,
Et ces cris sémillants venus me réveiller,
Je gis, le dos moulu, tête sous l’oreiller,
L’acouphène rampant fait fi de mon bien-être.

Pour troubler mon sommeil léger, nuits comme jours,
Le galant troubadour fait chanter sa cigale
Et tourner ses moulins, pris d’étrange fringale
À moudre tout son blé dans ses plus beaux atours.

Malgré le couvre-feu sa flamme est si ardente
Que je ne peux surseoir à supporter mon sort.
L’impétueux torrent de ses mots veut ma mort,
Il me faudra trouver des paroles prudentes.

Je ne peux échapper aux bruyants compliments
Que cet admirateur béat sans fin m’adresse
L’amour aura ma peau, hélas je le confesse
Et je devrai céder pour calmer ses tourments.

À moins qu’un soir festif, masqué tel au théâtre
Par un prompt stratagème, un avatar soudain,
Deus ex machina surgi côté jardin,
Le mirage brûlant se consume dans l’âtre.
91

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !