1
min

Pour l'infini

Image de Alice

Alice

4 lectures

1

Je suis tombée amoureuse d’un homme,
Son regard azur m’a immédiatement captivée,
Ses cheveux mi bronze mi or m’ont envoutée.
Autour de moi tout c’est effacé.
Tout s’est éclairé, devenu d’un blanc, immaculé
Au milieu de nulle part, ma main dans la tienne,
J’ai rêvé cette nuit-là que tu me faisais tienne.
Dans ma robe immaculée autour de nous criait,
Une foule enchantée et mille pétales de rose virevoltaient.
Les années passaient, mais intact notre amour restait.
Blottie dans tes bras, réconfortée par ta voix,
J’ai ri et pleuré des milliers de fois.
Malgré mon jeune âge, je t’aimais plus que tout,
Au monde pour moi, n’existait que nous.
Pourtant osé serait de nous décrire parfaits,
Une seconde a suffi à perdre l’être que j’aimais.
Le vent s’est levé et le mirage de mes yeux s’est envolé,
A jamais gravé dans ma mémoire, je ne pourrais t’oublier.
Tu n’es qu’une illusion, mais je crois en toi, à ma main dans la tienne,
Un jour, je sais, je serais tienne.
Mais avant que ce jour ne vienne,
Achève sur cette Terre, mon règne.
Dans mon sommeil attrape-moi et vers l’infini emmène-moi,
Fais en sorte qu’à mon réveil et pour toujours, je te vois.
Qu’Eole nous transporte dans ses tempêtes,
Emportant sur notre passage, de cette Terre ses maigres restes.
Belle est notre histoire, nulle tragédies ne l’interrompra,
Car en toi je crois,
Souverains d’un monde, par-dessus les règles et les devoirs,
Heureux car unique est notre histoire.
Je veux crier au monde entier, quelle fut ma destinée,
Elle fut digne d’un conte de fées,
Pour un homme, un couteau m’a transpercée,
Pour un homme je suis tombée.
Un mirage a suffi pour m’envoler à tout jamais,
Par-dessus les limites humaines, personne ne viendra jamais me retrouver.
Je me suis faite déposée auprès de cet homme que je pensais parfait.
Son charme, sa grâce, sa beauté, m’avaient envouté,
Mais trop tard fut l’heure de mon réveil,
Chaque nuit mon étoile veille,
Afin qu’aucun malheur ne m’attrape plus désormais.
Ma plus grosse erreur fut d’épouser celui que je croyais parfait.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Alice,
Je retrouve avec plaisir dans votre poésie fraîcheur, finesse et comme une pudeur enfantine qui me touche beaucoup.
Bien à vous et au plaisir de partager avec vous lectures et commentaires,
Tranquillou974

·