1
min

Poésie de comptoir

Image de Santiago Cuervo

Santiago Cuervo

12 lectures

4

J’ai appris une chose, la souffrance n’a pas forcément de sens
Cet éclatant renom pour l’âme qui consent
J’ai pris pas mal de coups, j’en ai rendu certains
Libérant de mon cœur un flux des plus hautains
Les gens te disent qu’ils sont un mystère
Vous ne savez que trop leur prétention austère
Mais ils croient lire en toi comme dans un livre ouvert
Vantardise sucrée abhorre les revers !

C’est comme si on avait en nous deux personnes qui se détestent
L’aîné, premier, préside aux questions immodestes
Le second est un paresseux qui lui tape sur les nerfs
Mais les deux, en osmose, élaborent très fiers
Des plans foireux qui te plongent dans le désespoir
D’un crépuscule énorme avant-courrier du noir
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Bien.;
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bien vues, les deux "faces" de notre personnalité !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur