1
min

Poèmes inversés & poésies contraires

Image de Yo land

Yo land

14 lectures

1

(Quand « ma bohème »d'arthur rimbaud devient « stabilité » de robin rature)

ma bohème Stabilité...
je m'en allais les poings dans mes poches crevées
il revenait, mains ouvertes de ses manches exhumées
mon paletot aussi devenait idéal
seul son pantalon demeurait ordinaire
j'allais sous le ciel muse et j'étais ton féal
enterré , sa sorcière lui étant adultère
oh la la que d'amours splendides j'ai rêvé
que de haines communes il a réalisé

mon unique culotte avait un large trou
ses multiples chapeaux n'étaient que bosselures
petit poucet rêveur j'égrenais dans ma course
grand ogre pragmatique, ramassant immobile
des rimes. mon auberge était à la grande ourse
une pierre. Sa grotte était aux égouts de la ville
mes étoiles au ciel avaient un doux frou frou
les cailloux sur le sol avaient crissements durs

et je les écoutais assis au bord des routes
et il n'entendait rien, droit au milieu des champs
ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
ces mauvais jours de Mars où ignorant le vent
de rosée à mon front comme un vin de vigueur
sec sur ses talons, loin de l'eau sa faiblesse
où rimant au milieu des ombres fantastiques
où parlant au bord des lumières minables
comme des lyres je tirais les élastiques
loin des trompettes, il relâchait les câbles
de mes souliers blessés, un pied près de mon coeur
de son béret tout neuf, une main loin de sa fesse...

(Arthur RIMBAUD) (Robin RATURE)

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,