1
min

Pissenlit

Image de Pozar

Pozar

4 lectures

0

Maman ne m’avait jamais dit qu’il fallait se méfier des jeunes filles. Maman ne m’avait jamais dit que mon cœur était pareil au pissenlit. Un souffle, vous savez, qu'il soit un regard lancé ou bien un sourire aiguisé et le voilà déshabillé. Nu et sans défense, à chanter la beauté fièrement comme un nouveau-né apprend à parler, maladroit comme un oisillon qui s’élance et, espérant comme un mendiant assoiffé, quelques sous brossés.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème