Photo jaunie merci amie

il y a
1 min
221
lectures
43
Qualifié

Je puise ma force là où je peux, oscillant entre larmes et éclats de rire, passé et présent plutôt qu'avenir, goûtant l'humour non pour en faire mais pour en rire, grande consommatrice  [+]

Image de Eté 2016
À peine jaunie,
Photo d’hier, photo lointaine,
Merci Claudette.

Je n’aime pas les photographies
Et pourtant, j’avais hâte de découvrir celle-ci.
Quand tu l’as déposée sur la table,
J’ai entendu au fond de moi
Comme un tic-tac.

La montre a brusquement reculé
Et je me suis retrouvée au printemps de nos années.

Ce jour-là, sages écolières
Du primaire,
Nous fûmes appelées
À descendre en silence
Dans la cour aux marronniers
– Te souviens-tu des fruits si brillants qu’on les aurait crus encaustiqués? –
Le trépied était installé
Un homme à côté.
Événement exceptionnel :
Ordre venait de nous être donné
De quitter nos plumes et cahiers
Pour satisfaire aux exigences
De la traditionnelle photo annuelle.

Cinquante ans après,
Tu déposes sur la table,
Dans un geste presque banal,
Ce miroir du passé.
Tu souris, je me tais.

Saurai-je me souvenir ?

Alignées sur trois rangées contre le mur de l’école,
Avec la maîtresse à côté, bien droite dans son tablier,
Je nous ai retrouvées,
Toutes, ou presque,
Toutes les filles de la classe,
Celles du même âge,
Avec parmi nous d’égarées quelques cadettes ou aînées.

Un seul regard sur la photo à peine jaunie
A suffi.
Un premier visage, puis un deuxième,
Ont déchiré le voile.

Puis promenant le doigt ici et là,
J’ai dit,
– Tu étais là pour confirmer, quelquefois ajouter ou commenter –
J’ai dit,
Avec émotion,
Un à un, chaque nom
Andrée, Marie-Thérèse, Monique, Eliane,
Simone, Janine, Alice, Ginette, Josiane...
Étonnée et joyeusement bouleversée
Que surgisse avec autant de facilité,
Au-delà de cinquante ans bien sonnés,
Chaque nom et prénom associés.
Toi, qui étais au bord du groupe
Avec ta jolie frimousse,
Je t’ai vue en dernier !

Dieu ! Que nous avons changé !

Pourtant en cet instant,
Hier était aujourd’hui,
Aujourd’hui était hier.
Le temps n’avait rien effacé.

Miracle d’une photographie gentiment ressortie de l’oubli
Par ma petite amie d’enfance
Avec qui, l’école finie,
J’allais chaque soir,
Avant de commencer les devoirs,
Par les chemins boueux d’hiver ou ceux fleuris d’été,
Chercher gaiement de quoi remplir le pot au lait.

43

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !