Perchée sur ton rameau

il y a
1 min
75
lectures
24

Ecrire, c’est mourir en son être pour renaître. Ecrire, c’est vivre et apprendre à entendre. Ecouter le silence, lire la patience, attraper l’instant et regarder devant  [+]

J'ai noyé le soleil dans un pot de peinture à l'eau,
J'ai posé des guirlandes de fleurs au-dessus des tombeaux,
J'ai fait chanter le temps pour chasser l'amnésie,
Qui tourmentait ces lieux de ses tristes poésies.

J'ai soulevé la brume pour en faire des nuages,
Afin qu'ils pleurent la nuit des perles de mirages,
Des gouttes de rosées, j'en ai fait des colliers,
Pour orner tes prunelles de leur éclat doré.

J'ai capturé le vent qui faisait trembler l'onde,
J'en ai fait des oiseaux aux grandes ailes blanches,
Pour qu'ils fassent glisser les étoiles dans tes manches,
Et que leur chaude lumière protège ton monde.

Perchée sur ton rameau, j'ai murmuré les souvenirs,
Et les histoires d'antan qui refusent de mourir.
J'ai regardé le ciel et j'ai vu dans ses yeux,
Que l'on grandit trop vite quand le temps est pluvieux,

Pour le consoler, j'ai repeint le soleil,
Je lui ai ajouté quelques couleurs vermeilles,
Et j'ai accroché autour de son cou,
Un diadème de fleurs et nos plus beaux bijoux.
24

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,