Partance

il y a
1 min
2
lectures
0

sans que nul vétilleux n'argue
de la mélancolie de la révolution
le jour finissant
n'a pas de ponant

c'est que parmi les altitudes
proémine le château de flammes

aussi les rapides réfléchissants du fleuve
avec les safrans d'équipage
enverguent le jaune anémone
et désancrent le plus rouge

tous les livres qui évoquent les mers
tous les soupçons qui albument les mers
ont recouvert de leurs feuillets francs
la longue ville double des rives
et des vitraux du collapsus cathédrale
coule toute l'aigue-marine


et la vigie d'eau flamboyante
consume dans son silence
les brisants chantefableux
avec les îles médiocres

tandis qu'à sa hurlée lustrale
elle révèle les littoraux émerveillants

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,