1
min

Paris

Image de Nonour

Nonour

1 lecture

1

Sais-tu mon vieux qu’à Paris,
Même si tant la colère des gilets,
L’on y oublie tous les maux d’ici,
De cette terre de Kabylie.
J'ignore mon vieux,
Les raisons d’avoir été mieux,
Seulement libre d’aller où je veux
Et personne à m’apostropher...
Et si l’on désire lever ses yeux vers le ciel,
Nul n’est là à vous jeter tout son fiel.
Et que c’est si beau de les voir,
Jeunes et vieilles
Partout fleurir jours et soirs
Certaines en rires, en sourires
Libres d’aller et venir.
Oui mon si vieux,
Que m’avait-il prit d’un jour
Echouer de nouveau ici pour toujours
Sans jamais échanger quelques mots
Et tout le temps à souffrir de tant de maux
Loin de tous les parvis
Où se nichent les belles filles
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur