Panser

il y a
1 min
2
lectures
0
Mon cœur brisé vagabonde
Parmi les corps qui abondent.

Mais hélas rien n’y fait
On ne peut le panser.

Les compresses de fortune
N’ont tenu qu’une lune.

Un jour peut-être viendra
Une belle qui apaisera

Mon cœur profondément meurtri
Et nous mènera droit au paradis.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !