1
min

On entend

Image de Harfang

Harfang

10 lectures

4

On entend ces quelques souffles d'hiver
On entend les murmures du temps,
Du son rauque des toux amers
Au Mistral qui chante lentement.

Comme la terre dont les sens souffrirent,
Une douleur comme un grand cancer
Grandissant dans l'atmosphère
On écoute les cris de la terre.

Le son de carton des cartes dans tes mains
Cinquante-quatre instruments de bons moments,
Et la plume crissant sur le papier blanc
Des maux absents du lendemain.

Et dans les landes de Pins immenses
Commence la nuit du silence
Reste Lui et le grondement de ses vagues
L'Océan chassant le terrain vague.

On entend ces quelques souffles d'hiver
On entend les murmures du temps
Du son rauque des toux amers
Au Mistral qui chante lentement...

4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kiki
Kiki · il y a
Un joli poème. Tu as corrigé probablement les erreurs.... mais les rimes sont là. BRAVO.
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
On "entends", on "écoutes"... pourquoi ces erreurs grossières ? C'est dommage car ce poème a un charme sifflant pas déplaisant. ;)
·
Image de Harfang
Harfang · il y a
Qu'entendez vous par erreurs? Les commentaires m'aident à avancé mais je ne comprend pas le terme "grossières erreurs", dans quel sens dites vous cela?
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
"On entends" s'écrit "on entend", de même que "on écoutes" s'écrit "on écoute". Ce sont des fautes de conjugaison qui déservent le propos de ton poème.
·