Ode à mon vélo

il y a
1 min
0
lecture
0
Dans mon job précédent, en voiture je roulais.
Entre ici et là-bas, neuf kilomètres j'avais.
Depuis que j'ai changé, j'ai réduit de moitié
et reprends maintenant, mon beau vélo d'antan,
qui dispose tout de même, d'une petite assistance.

Et bien là voyez-vous, toutes roses mes joues,
mes poumons grands ouverts, et mon écharpe au cou,
je parcours la distance, le sourire au visage,
maintenant la cadence, entre lignes et virages.

Ce changement me remplit d'une douce satisfaction.
Moins cher est mon trajet, moins lourde la pollution.
Fini l'enfermement, mes cheveux sont au vent,
et le chemin fini, j'ai le plein d'énergie.

Point d'incivilités, ou si peu, comparé
aux grognements constants, qu'en voiture je poussais,
contre mes congénères, tout aussi énervés,
dans leurs carcasses de fer, ces voitures entassées.

Point de bouchons non plus, je me trouve désormais,
jours fériés ou ouvrés, avec un temps d'trajet
constant et régulier, compensant largement
les cinq petites minutes qui s'y sont ajoutées.

Parfois nuages et vent viennent me titiller,
et la pluie s'en mêlant, je ne puis que prier
d'entre les gouttes passer. Au final je constate
qu'en deux mois de printemps, je n'me suis pour l'instant
pas retrouvée trempée. N'étant pas trop naïve
je m'attends tout de même, quelques jours dans l'année,
à ce que ça arrive.

Mais ceci comparé à tous les avantages
de santé retrouvée, et de tranquillité,
je ne peux qu'aujourd'hui, le vélo conseiller
et par cette poésie, ses louanges vous conter.

Alors si vous n'avez que quelques kilomètres
entre votre bureau et votre maisonnette,
testez ce changement, vous en serez contents !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,