NUIT 4 : LE COMMENCEMENT DE LA FIN

il y a
1 min
0
lecture
0
Les ombres me traquent, le silence me poursuit ;
Absences pénibles... douleurs humiliantes,
Des souffrances qui m'envahissent, des tourments suffocants,
Des batailles d'erreurs qui font mal...
Des sentiments qui capturent du temps ;
Des tristesses qui parlent d'hier,
Des yeux qui transpercent la paix et hypnotisent mes souvenirs,
Chimères du silence de votre feu,
Dans l'obscurité des rêves ;
Votre arôme intense m'accompagne,
L'impuissance de mes sentiments,
C'est le dernier lieu d'habitation de mon âme,
Notre amour éphémère s'est vite évanoui ;
J'ai adoré votre brièveté et chassé votre insolence,
Je me suis nourri de tes mots et habillé de ta passion,
M’intoxiqué avec le poison de vos caresses,
Le temps s'échappe de l’imagination ;
Cette douleur de prisonnier est si réelle et désespérée,
Que mes paroles flottent dans l'air infini,
Des mots qui attrapent les cauchemars sombres,
Le paradis divisé en deux mondes,
La lumière et l'obscurité transpercées,
Avec des inconnues de douleur et d'excès,
Des désirs perdus en un clin d’œil !
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !