1
min

N'enrayez pas le disque solaire.

4 lectures

0

Un rayon un instant un sourcil écoutant
un cours d'eau un printemps un bruissement dans le temps
un soupir un sourire un froncement forcément
s'efforçant férocement on force le théorème

on s'entend on s'étend en sentant la sentence
on s'équipe on s'enquiert on requiert des principes
pour une once un noyé on se ronge les foyers
on condamne les nuées pour une ronce de noyer

on triche on serpente en cadence les carences
et pour s'illuminer on mine les sillons
ou on s'entiche on s'éprend sans se perdre en arrogance
on s'outille ça scintille et sans s'étioler ça fignole

alors riche sans serments les sacrements aux orties
on délaisse l'adulé on s'adonne à la durée
on accepte l'exceptionnel et la norme alambiquée
on écoute sans esbroufe sous la voûte est le souffle


lassé des faux semblants par le ballet des vents
assis devant le monde en regardant on le comprend
absorbant l'environnement par tous les pores suintant
l'entendement s'éclaircit et s'agence en clepsydre

en clé de si on se projette à corps perdu dans l'asymptote
l'accord perdure tête de linotte en enfantant on fend le temps
dans le fondement, loin des idées, le soubassement tiens décidé
sans paravent de l'apparence ne se pavane ni ne se tance

franc du regard on sait savoir les choses en face les fauves en flèches
de la chair fraiche pour les voraces de l'herbe sèche pour les coriaces
du soleil et de l'eau dans les coeurs en réseau tectonique des flaques
éruption et coulées écroulées d'éructer sans paniques aux mimiques
fait la claque dans le flot des égouts comme le flou des égos
démesure dans la rythmique sur la portée qui est égaux ?

Je me racle la gorge d'âpres espoirs qui partent en fumée
les anciens nous l'ont dit chacun a sa manière
un livre une pyramide un sigle une clairière
et la durée fait sens dans le ciel étoilé

une lumière pour un temps une vitesse éternelle
des proportions constantes des cercles isocèles
en algèbre une ombre dort et ce n'est pas le pis
car on bafouille même sur le sort de la géométrie

une myriade d'étincelles pour une carte à louer
les âmes écarquillées par les yeux aux aguets
l'astral est stable pour nos pulsations parsemées
s'y fier c'est sans facétie s'assurer du sûr et certain

s'asseoir au soyeux la satiété à portée de main
s'élever du noyau sans tiquer du quantique
intercaler les calendriers aux solstices des calendes
s'ouvrir au point de disparaître dans l'unité
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur