Naissance

il y a
2 min
10
lectures
3

Écrivain du dimanche... au dimanche suivant  [+]

J'entends des battements réguliers et puissants,
Des coups de tambourin qui dictent leur cadence ;
Seconde après seconde, ils se font plus prégnants ;
Mon être tout entier, caisse de résonnance.

Des voix venues d'ailleurs, que je distingue à peine,
Clament sur tous les toits que je suis de leur rang.
J'ai beau être enfermé, je déploie mes antennes ;
Mon ouïe, un sens à l'oeuvre au détour du tympan.

Ma maman ne s'adresse à moi qu'en babillant ;
À son intonation, elle m'aime, c'est certain.
Mon papa, lui aussi, me parle tendrement ;
Entre ses dents s'échappe un accent argentin.

Il est temps maintenant de quitter mon cocon
Pour entendre ces mots avec délectation.
J'arrive, tête en bas, ouvert à tous les sons,
Les oreilles tendues comme un lynx en action.

À présent c'est mon cri que j'entends résonner
Pour dire au monde entier que je suis arrivé.
La sage-femme entonne : « il est beau ce bébé ! »,
Le premier compliment d'une longue épopée.

Mon cordon coupé net par du métal glacé,
Dans les mains de mon père, une paire affûtée.
Mon nombril est un nœud qu'on ne peut dénouer,
Je suis un petit homme entièrement fermé.

Adieu, chère maman, nos corps différenciés ;
Des ailes dans le dos et je pourrai voler.
Appelle-moi Icare ! Accepte, Naupacté,
Mon désir de brûler la vie des deux côtés.

Ton ventre, mon alpha, mais pas mon oméga.
Il m'a porté neuf mois, m'a nourri, m'a bercé,
Jamais je n'oublierai mon premier habitat,
Mais je serai un homme épris de liberté.

J'écoute et puis je sens, mon odorat s'éveille,
Il me parle à travers des nasaux effilés :
« Dans le monde embaumé, je serai ton conseil,
Parmi tous les parfums, je saurai te guider ».

Voilà qu'on m'enveloppe, oh moi le grand chétif !,
Dans un drap en coton qui plagie la lavande.
Un parfum de synthèse est un leurre olfactif,
À peine suis-je né qu'on me met à l'amende !

Jetez-moi sur les flancs d'un château provençal !
Dans un champ de lavande au parme surpuissant,
Aux pieds des oliviers, dans un chant de cigale,
Je veux de l'authentique et non du boniment !

En guise de château, des montagnes jumelles,
Je m'en approche, hardi comme un ascensionniste,
Un bouquet de lavande à ces chères mamelles,
Pour les amadouer, je dois être fleuriste.

Ma bouche cherche et trouve un objet secourable,
Pourvoyeur d'un nectar que déjà je devine,
À peine est-on sorti qu'il faut se mettre à table !
Le téton est la voie lactée de la poitrine.

Le nectar alangui ma petite personne,
Relègue mon émoi dans les couches profondes,
Il me chauffe au-dedans et me rend presque atone,
Le temps ne répond plus depuis quelques secondes.

Repus, sourire en coin, je ferme les paupières,
Une sieste et je suis dans les bras de mon père.
Le parfum masculin d'une âme hospitalière,
Le premier peau à peau d'un avenir sur terre.

En ouvrant sa chemise, il m'ouvre aussi son cœur,
Miraculeuse mer qui d'un coup se sectionne,
Une extase, un frisson, peut-être même un pleur,
Comme un jacaranda sous le soleil d'automne.

Nous rêvons accrochés, héros des mêmes songes,
Unifiés par les liens de l'amour et du sang,
Des liens qu'à cet instant, aucune ardeur ne ronge,
Nous verrons dans un siècle, à l'âge adolescent.

S'aiguise mon regard sous mes paupières closes,
Au terme de mon rêve, une vie s'ouvre à moi,
Fugace éternité pour défendre ma cause,
Le monde qui m'attend, à présent je le vois.
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une naissance en forme d'odyssée. J'ai fait un beau voyage !
Image de David Bogatirsky
David Bogatirsky · il y a
Tant mieux ! Voyager ôte les œillères.
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Bonjour Ecrivain du dimanche,
C'est pour moi un grand plaisir de découvrir votre page.
Vous écrivez magnifiquement bien.
Bonne continuation.
Si vous avez un peu de temps ce dimanche, je vous invite à lire mon texte "Mésaventures nocturnes" en final pour le Prix des jeunes écritures. Vous pouvez cliquer sur mon nom pour accéder plus facilement.
A bientôt Ecrivain du dimanche.

Vous aimerez aussi !