Muse

il y a
1 min
4
lectures
0
Nous ne sommes plus que des souvenirs incertains,
Virevoltants ça et la dans un ciel de questions
Et butant contre les parois en perdition
De nos deux cerveaux, ces voyageurs libertins

Je ne sais de toi, que la couleur de tes yeux,
Le parfum dévorant de tes lèvres sucrées
Que même le pouvoir amnésique des années,
Ne peut ravir à leurs vertus insidieuses

De toi, funeste créature de l'ancien temps,
je n'ai plus que des pages aux lignes écœurées
Par l'encre et les larmes que tu as déversées
En pressant mon cœur en cette nuit de printemps

Que tu le veuille ou non, c'est toi que j'accuse,
D'être devenue dans une étrange éruption
Comme un volcan jaillissant de milles passions
Celle que je nomme douloureusement, ma Muse
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !