Mer et marchés de Provence

il y a
1 min
16
lectures
0

Conteurs à ses heures perdues, adepte du calme et des moments intimistes de l'âme, praticien des pensées vagabondes. NB: Après lecture n'hésitez pas à jeter un œil sur les explications en  [+]

Le soleil cherchait dispute aux ombrages
les ronds de cotons aux blancs coquillages
Les chuchoteries aux vents des plages

La mer avait les fumets de la Provence
Des vieux ports, et marchés de France
Où le soleil toujours d'un blanc lumineux
Rendait les bourgeons timides et honteux

L'effluve des arômes louvoyait et dessinait
une circonvolution sous deux fosses marines
Qu'à mes pieds vilains, à l'habitude j'étrille
Comme du coin de mes lèvres la brindille

A la mer, pris de ces mastications bêtes
Mon esprit stérile y joue des reconquêtes
Je mâche mes mots, comme la ciboulette
Ils restent coincés au fond des pommettes


0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !