1
min

Mémoire du chasseur vagabond

Image de Bonherbe

Bonherbe

0 lecture

0

Je m’en allais, les mains dans mes poches trouées ;
Mon habit d’aventure devenait idéal;
Nature! Plus je te voyais, plus j’étais ton féal ;
Oh! Là! Là! Ces rencontres splendides me laissait bouche bée ;

Mon unique jogging avait un large trou
-tueur effréné, qui égrenais dans sa course
Des balles. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
-Mes protecteurs du ciel avait un doux frou-frou.

Et je les écoutais, près des vaches qui broute,
Ces bonnes nuits de décembre où je sentais des gouttes
De pluie sur mon front, comme une bonne eau de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fanatiques,
Comme des lyres, je t’irais les élastiques
De mes sentiments et de mes bottes de chasseur!
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,