1
min

Ma Reine

4 lectures

0

J’ai toujours préféré les brunes.
Fières, au port altier,
Les yeux sombres qui t’attirent dans l’abime.
Elles sont profondeur et volonté incarnées ;
A la fois distance froide et attirance tourmentée.
Légères, portant la lourdeur du monde,
On les devine fortes et toute de fragilité.
A les voir, on pense toucher du doigt Le Mystère ;
Que leur regard t’effleure sans que batte le cil
Et on s’emplit d’un monde sinon hors de portée.

Mon amour, ma reine, tu es tout cela.
Tu es blonde aux yeux verts,
Je ne t’en veux pas.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,