Ma Muse

il y a
1 min
1
lecture
0

Bonjour à tous et à toutes. Je suis très heureux d'être ici parmi vous  [+]

Vêtue d’un grand voile blanc, le suffibulum,
Attaché sur la poitrine avec une agrafe.
À la voir, on croirait qu’elle peignait la girafe.
C’est assez qu’on ait recours au curriculum.

Prêtresse de Vesta, cette déesse du feu,
La fille de Saturne et de Rhée ou Cybèle,
La mère des dieux comme faisait une telle.
Dont le chagrin l’a fait mourir à petit feu.

Debout, elle préparait la mola salsa;
Ce gâteau dont a envie un certain Balsa.
Les scrupules ne l’étouffent pas tant que moi.

J’en veux au vague des passions qui me secouent.
Ma Muse ? J’en serai désormais en émoi,
À moins que je ne te mette, toi, dans le coup.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,